S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Normande. Les perspectives du camembert en toile de fond

réservé aux abonnés

 - -->
Le juge. eFlor © THIERRY PASQUET

Que le juge soit un jeune éleveur bas-normand, motivé par l’appellation d’origine protégée camembert de Normandie, n’est pas étonnant. La révision du cahier des charges pour intégrer les producteurs livrant pour le camembert « fabriqué en Normandie » va créer un besoin de 25 000 vaches normandes pour répondre à la contrainte qui fixerait un minimum de 30 % dans chaque...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
61%

Vous avez parcouru 61% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Que le juge soit un jeune éleveur bas-normand, motivé par l’appellation d’origine protégée camembert de Normandie, n’est pas étonnant. La révision du cahier des charges pour intégrer les producteurs livrant pour le camembert « fabriqué en Normandie » va créer un besoin de 25 000 vaches normandes pour répondre à la contrainte qui fixerait un minimum de 30 % dans chaque troupeau concerné. La commission d’enquête pour étudier la demande de révision est nommée par l’Inao. Son premier déplacement en Normandie est prévu le 10 octobre. La race normande se dit prête à répondre à cette normandisation et à l’accompagner. « Nous demandons seulement aux éleveurs d’anticiper en nous faisant part dès à présent de leurs besoins. Il y a trois à quatre ans pour s’y préparer », insiste l’entreprise de sélection Évolution.

Claire Hue
palmarès

Section 1A : Liberia, du Gaec Clairventes (Mayenne).

Section 2 : Jacquette, de l’EARL Martin (Côtes-d’Armor).

Section 4 : Horloge, de la SCEA du Prieuré de la Barre (Orne).

Section 5 et meilleure fromagère : Guadeloupe, appartenant à Hubert Jouault (Ille-et-Vilaine). Elle a produit 12,8 camemberts par jour de vie.

Meilleure bouchère : Goëlette, du Gaec Foucault (Orne).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER