S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« La ration diversifiée me permet de ne pas être dépendante d’une culture »

réservé aux abonnés

Nous vivons une arrière-saison exceptionnelle. D’habitude, mi-octobre, on patauge dans la boue, mais là, tout est sec, les températures atteignent encore 26°C. Les vaches en souffrent un peu, mais heureusement, le pic de chaleur est passé. Lors de la dernière décade d’août, avec trois semaines de décalage, ces chaleurs ont provoqué une brutale montée de cellules à laquelle je ne suis pas habituée. La...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Nous vivons une arrière-saison exceptionnelle. D’habitude, mi-octobre, on patauge dans la boue, mais là, tout est sec, les températures atteignent encore 26°C. Les vaches en souffrent un peu, mais heureusement, le pic de chaleur est passé. Lors de la dernière décade d’août, avec trois semaines de décalage, ces chaleurs ont provoqué une brutale montée de cellules à laquelle je ne suis pas habituée. La situation est revenue à la normale, mais j’ai frôlé les 300 000 cellules, alors que la moyenne du troupeau est de 140 000. C’est la preuve que sur ce terrain, rien n’est jamais acquis. Je me demande ce qui aurait pu prévenir cette flambée. Il y a tant de paramètres à prendre en compte. Mais je m’oriente vers une augmentation de la pression bactérienne dans les bâtiments car, dans le même temps, j’ai constaté un réveil de la Mortellaro que j’arrive pourtant à contenir tout au long de l’année. Je réfléchis donc à associer au raclage une solution désinfectante pendant cette période à risques.

Côté cultures, les rendements du maïs, récolté le 6 septembre à 35 % de MS, sont en recul de 20 %. Mais il est riche en grains et affiche, après analyse, 0,98 UFL et 39 % d’amidon. Pour compenser les volumes, j’ai fait rentrer un peu plus de corn gluten, j’attends les livraisons de pulpe surpressée et j’ai pu réaliser une dernière coupe d’herbe en septembre. C’est l’avantage d’une ration diversifiée : ne pas être dépendante d’une seule culture. Actuellement, les génisses profitent des petites pluies régulières pour pâturer les surfaces en herbe avant l’hiver. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER