S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Nous proposons un concept de croisement éprouvé  »

réservé aux abonnés

 - -->
Anthony Le Trionnaire, responsable génétique.
« La holstein a considérablement amélioré le progrès génétique sur les caractères fonctionnels ces dernières années. Grâce à la génomique et à des ambitions de sélection beaucoup plus orientés sur la fonctionnalité, la race permet d’atteindre des objectifs très diversifiés. Il est donc important de bien réfléchir avant de se lancer dans un programme...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La holstein a considérablement amélioré le progrès génétique sur les caractères fonctionnels ces dernières années. Grâce à la génomique et à des ambitions de sélection beaucoup plus orientés sur la fonctionnalité, la race permet d’atteindre des objectifs très diversifiés. Il est donc important de bien réfléchir avant de se lancer dans un programme de croisement. Cette pratique reste timide en France. Avec 45 % de vaches kiwis dans leur cheptel, les Néo-Zélandais sont les pionniers du croisement laitier. Aux USA, 9,5 % des vaches laitières sont croisées et aux Pays-Bas, 12 %. Il s’agit donc d’une pratique connue.

En France, la demande en doses pour faire du croisement laitier existe surtout chez les bio. Ces éleveurs recherchent des animaux plus robustes, sans problème, faciles à vivre et surtout avec de meilleurs fonctionnels. Beaucoup veulent aussi un concept de croisement fiable et testé. Différents chemins sont possibles pour bénéficier de l’hétérosis et pour réunir les atouts de races laitières de profils variés, tout en conservant un certain objectif de production.

Bovec commercialise la génétique rouge norvégienne depuis dix ans. À cette époque, nous avions identifié les besoins des éleveurs français et nous nous étions tout naturellement rapprochés de Geno qui la produit. Car elle a été sélectionnée de longue date sur la fertilité, la santé et l’efficacité alimentaire, des caractères qui nous semblent essentiels en croisement.

Nous proposons un concept nommé « Hyvig » qui combine la génétique de cette race avec d’autres, telles la jersiaise, la brune, la frisonne, la montbéliarde et, bien sûr, la holstein. La clé de la rentabilité du croisement est de bénéficier du phénomène d’hétérosis. Les caractères de santé et de reproduction sont les résultats visibles sur l’animal hybride. Le programme de croisement doit optimiser ces avantages tout en restant simple­ à gérer. Ensuite, il faut choisir des races complémentaires en fonction de ses propres objectifs. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER