S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le soja monte avant l’entrée en vigueur de l’accord commercial Chine-USA

réservé aux abonnés

 -
© GFA

Les cours du maïs et du blé sont repartis à la baisse jeudi 13 février 2020 à Chicago face à un léger regain d’inquiétudes liées au coronavirus tandis que ceux du soja ont terminé en hausse, profitant de l’espoir de nouvelles commandes chinoises.

« Les chiffres hebdomadaires sur les ventes de produits agricoles à l’étranger (diffusés en début de séance) étaient corrects mais pas suffisamment solides pour complètement reléguer les problèmes liés au coronavirus », a estimé Mike Zuzolo, de Global Commodity Analytics.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les chiffres hebdomadaires sur les ventes de produits agricoles à l’étranger (diffusés en début de séance) étaient corrects mais pas suffisamment solides pour complètement reléguer les problèmes liés au coronavirus », a estimé Mike Zuzolo, de Global Commodity Analytics.

> À lire aussi : Céréales et oléagineux - Le marché des grains fiévreux à cause du coronavirus (03/02/2020)

Selon un rapport du ministère américain de l’Agriculture, les agriculteurs américains ont écoulé 968 000 tonnes de maïs la semaine dernière, contre 700 000 à 1,2 million de tonnes attendues.

Environ 645 000 tonnes de soja ont été commandées (contre 600 000 à 1 million de tonnes prévues) et 643 000 tonnes de blé (contre 300 000 à 650 000 tonnes anticipées).

L’annonce d’un bond des contaminations supplémentaires par le coronavirus, liée à une nouvelle façon de compter les cas, a ravivé les craintes des acteurs financiers liées à l’épidémie, a estimé M. Zuzolo. Cela a fait monter le dollar, considéré comme une valeur refuge. Or une augmentation du billet vert tend à rendre les achats de produits américains plus chers pour les investisseurs munis d’autres devises.

Attendre que le coronavirus soit sous contrôle

Parallèlement, « l’accord de phase 1 conclu (à la mi-janvier entre les États-Unis et la Chine) doit entrer en vigueur le 15 février », a rappelé Dewey Strickler, de Ag Watch Market Advisors. Du coup, « les courtiers espèrent que la Chine passera d’importantes commandes » dès la semaine prochaine, a-t-il ajouté. « Ils vont peut-être cependant devoir attendre que le coronavirus soit sous contrôle avant de voir Pékin remplir ses engagements », a souligné M. Strickler.

Voir aussi : Accord Chine-USA : 200 milliards de dollars d’importations supplémentaires (16/01/2020)

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé jeudi à 3,7950 dollars, contre 3,8300 dollars à la précédente clôture (–0,91 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mars, également le plus actif, a fini à 5,4425 dollars, contre 5,4750 dollars mercredi (–0,59 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mars, le plus échangé, a terminé à 8,9625 dollars, contre 8,9250 dollars la veille (+0,42 %).

Voir aussi : cours et marchés agricoles pour la France avec analyses et tendances.

AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER