S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le marché du maïs plombé par la demande en éthanol

réservé aux abonnés

 -
La filière de l’éthanol tourne au ralenti, ce qui a tiré les cours du maïs à la baisse à la Bourse de Chicago ce 27 mars 2020. © GFA

Le prix du maïs coté à la Bourse de Chicago a fini la semaine toujours miné par une consommation d’éthanol en chute libre aux États-Unis ce 27 mars 2020. Le blé et le soja ont légèrement progressé.

« L’éthanol continue de dominer l’actualité, plusieurs usines ayant ralenti leur cadence de broyage, tandis que d’autres ont dû fermer, note Christopher Steinhoff, de CHS Hedging.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« L’éthanol continue de dominer l’actualité, plusieurs usines ayant ralenti leur cadence de broyage, tandis que d’autres ont dû fermer, note Christopher Steinhoff, de CHS Hedging.

La capacité de stockage d’éthanol augmente, car les consommateurs conduisent moins », ajoute l’expert.

Ralentissement du transport mondial

L’éthanol, composé en partie de maïs, est en effet utilisé comme biocarburant. Les mesures de confinement dans de nombreux pays à cause du coronavirus Covid-19 et le net ralentissement du transport mondial, avec la pandémie de coronavirus, ont lourdement pesé sur le marché de l’énergie au cours de ces dernières semaines.

« Le Covid-19 est le principal responsable, mais ce processus a démarré avec une guerre des prix et de la production entre la Russie et l’Arabie Saoudite », souligne Christopher Steinhoff. Incapables de régler leurs différends, Moscou et Ryad ont décidé d’inonder le marché pétrolier de leurs barils, faisant dégringoler les cours de l’or noir et, par ricochet, ceux de l’éthanol.

Plusieurs commandes à l’exportation

Par ailleurs, une vente de 114 000 tonnes de maïs vers des destinations inconnues a été recensée vendredi dans le système au jour le jour du ministère américain de l’Agriculture, l’USDA. Cela n’a toutefois pas profité à la céréale. Le soja a, quant à lui, bénéficié d’une commande de plus 163 000 tonnes passée par le Mexique.

Le blé est, pour sa part, remonté alors que la demande pour la céréale reste forte aux États-Unis et dans le monde, de nombreux consommateurs cherchant à stocker des produits à base de farine par crainte de pénurie alimentaire avec le prolongement de la pandémie de coronavirus.

Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé vendredi à 3,4600 dollars, contre 3,4875 dollars jeudi (–0,71 %).

Le boisseau de blé pour livraison en mai, le plus actif, a fini à 5,7125 dollars, contre 5,6900 dollars à la dernière clôture (+0,40 %).

Le boisseau de soja pour livraison en mai, le plus échangé, a terminé à 8,8150 dollars, contre 8,8075 dollars la veille à la clôture (+0,14 %).

AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER