S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le blues des élevages bovins allaitants

réservé aux abonnés

 - -->
Pour la seconde année consécutive, l’ouest de la Saône-et-Loire subit le manque d’eau. © Anne Brehier

Saône-et-Loire.Dans un contexte économique tendu, les sécheresses récurrentes mettent en cause les systèmes allaitants.

Au Gaec de Maringues, près de Bourbon-Lancy en Saône-et-Loire, il n’est tombé que 230 mm d’eau depuis le 1er janvier. Malgré les surfaces supplémentaires récoltées ce printemps, Baptiste et Vincent Lamborot ont dû acheter 750 tonnes de maïs sur pied et 450 tonnes de paille. Une lourde facture qui pèsera sur les comptes de l’exploitation, qui compte 220 charolaises sur 326 ha, avec tous les animaux engraissé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Au Gaec de Maringues, près de Bourbon-Lancy en Saône-et-Loire, il n’est tombé que 230 mm d’eau depuis le 1er janvier. Malgré les surfaces supplémentaires récoltées ce printemps, Baptiste et Vincent Lamborot ont dû acheter 750 tonnes de maïs sur pied et 450 tonnes de paille. Une lourde facture qui pèsera sur les comptes de l’exploitation, qui compte 220 charolaises sur 326 ha, avec tous les animaux engraissés.

« C’est un contexte extrêmement difficile », pointe Frédéric Borne, élu à la chambre d’agriculture de Saône-et-Loire. Récurrentes depuis 2009, les sécheresses sont d’autant plus difficiles à vivre que le revenu des éleveurs, en baisse constante depuis vingt ans, ne laisse plus de marge de manœuvre. Il était de 9 000 € par UTAF (1) en 2018, selon Cerfrance Bourgogne. Le potentiel de production diminue : au cours des dix dernières années, la Saône-et-Loire a perdu 66 500 bovins, soit 10 % de ses effectifs. A noter que la Nièvre connaît une évolution identique. Et pour la première fois dans ce grand département d’élevage allaitant, les naissances sont passées sous la barre des 200 000.

Transmission des exploitations

Dans ce climat morose, où 35 % des agriculteurs étaient considérés en juin dernier en risque d’épuisement professionnel (2), la chambre d’agriculture lance une étude sur le devenir des exploitations allaitantes, canton par canton. Alors que celles-ci se sont spécialisées et agrandies (80-100 vaches par UMO), sept vaches sur dix sont aux mains d’éleveurs de plus de 52 ans.

Accablés par l’agribashing et déstabilisés par des signaux politiques contradictoires, des éleveurs de moins de 50 ans arrêtent le métier ou parlent de le quitter. « Une cessation sur deux est liée à un changement d’activité, note Frédéric Borne. Jusqu’à présent, les hectares trouvaient preneurs. Mais avec de moins en moins d’enfants d’éleveurs intéressés, des hors-cadres familiaux sans finances et des banques de plus en plus frileuses, notre modèle a-t-il un avenir ? Et à quelles conditions ? »

(1) Unité de travailleur agricole familial. (2) Selon l’observatoire de la santé des agriculteurs.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER