S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’AFBV veut un nouveau cadre réglementaire européen

réservé aux abonnés

 -
L’AFBV estime que le « potentiel d’innovations demeure bloqué par une réglementation européenne qui lui interdit de facto l’utilisation des nouvelles biotechnologies [de sélection végétale] alors que tous nos concurrents sur les marchés mondiaux en disposent ». © Pixabay

L’Association française des biotechnologies végétales (AFBV) se réjouit de la vision du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, sur les nouvelles technologies de sélection ou NBT.

« La vision du ministre de l’Agriculture sur les nouvelles technologies de sélection des plantes constitue une avancée positive pour les filières végétales », estime l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV) dans un communiqué de presse diffusé le 25 janvier 2021.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« La vision du ministre de l’Agriculture sur les nouvelles technologies de sélection des plantes constitue une avancée positive pour les filières végétales », estime l’Association française des biotechnologies végétales (AFBV) dans un communiqué de presse diffusé le 25 janvier 2021.

À lire aussi : Méthodes de sélection, Greenpeace recadre Julien Denormandie sur les NBT (14/01/2021)

Pour les chercheurs et exports réunis dans l’AFBV, « ces nouvelles technologies permettent notamment d’accélérer la sélection végétale et de la rendre plus efficace, des conditions nécessaires pour la compétitivité de nos filières végétales ».

Édition génomique

« Ce potentiel d’innovations demeure bloqué par une réglementation européenne qui lui interdit de facto l’utilisation des nouvelles biotechnologies alors que tous nos concurrents sur les marchés mondiaux en disposent », alerte l’AFBV, qui met en avant l’édition génomique, une de ces nouvelles technologies « très prometteuses ».

C’est pourquoi l’association se réjouit de l’initiative du ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, de « demander un nouveau cadre réglementaire adapté aux progrès de la science ». Il s’agit d’une « avancée positive pour permettre la poursuite de l’innovation en matière de sélection végétale », qui s’impose aussi « pour assurer notre souveraineté semencière, premier maillon incontournable de notre souveraineté alimentaire ».

Isabelle Escoffier
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER