S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le comté peut dire merci aux antiquaires

réservé aux abonnés

 - -->
Savoir-faire préservé. Les fruitières se sont largement modernisées, soulageant le fromager des tâches pénibles. Mais son savoir-faire a été préservé. C’est toujours au toucher qu’il apprécie la fermeté du caillé. © Philippe ROY

Le succès de la filière comté, qui émerveille aujourd’hui tout le monde, s’est joué à quelques riens il y a une cinquantaine d’années.

Une chance pour le massif du Jura que les hauts fonctionnaires soient mutés. Ceux qui y ont sévi dans les années soixante-dix auraient pu avoir la peau des fruitières et de la réussite économique du comté. Ces coopératives villageoises, qui produisent 80 % des tonnages de cette AOP, ont été un frein essentiel à la prise en main de la filière par des groupes industriels. Nul doute que si elles avaient disparu...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Une chance pour le massif du Jura que les hauts fonctionnaires soient mutés. Ceux qui y ont sévi dans les années soixante-dix auraient pu avoir la peau des fruitières et de la réussite économique du comté. Ces coopératives villageoises, qui produisent 80 % des tonnages de cette AOP, ont été un frein essentiel à la prise en main de la filière par des groupes industriels. Nul doute que si elles avaient disparu ou s’étaient noyées dans bien plus gros qu’elles, leurs sociétaires n’auraient pas le retour de la valeur ajoutée qui fait approcher leur lait des 600 €/1 000 l. Ces 150 fruitières sont aussi les garantes d’une diversité de goûts, reflet des terroirs, à la base du succès commercial du comté.

À cette époque révolue où Paris décidait de tout, ces fonctionnaires en poste en Franche-Comté avaient en tête de remplacer ces fruitières (400 en 1975) par une poignée d’usines. Des professionnels du Doubs avaient même été invités en Bavière pour découvrir ces sites tout Inox. « Nous ne subventionnerons que ce type d’usines aptes à produire à moindre coût pour concur­rencer l’emmental », leur avait-on dit à la fin du voyage.

Des voix précieuses qui, par chance, ont manqué à la FNSEA

Heureusement, ces « visionnaires » n’ont pas fait carrière et ceux qu’on raillait du nom « d’antiquaires », coopératives du Jura en tête très attachées à leur comté, leur ont tenu tête. Ils ont été avantageusement remplacés par un « Draaf », sensible aux terroirs. Il n’était pas jurassien pour rien.

Le comté aurait pu aussi se noyer dans les pâtes pressées cuites et le CIGC, interprofession du comté, ne jamais prendre son envol.

À l’époque, deux thèses s’affrontent. Celle de la FNSEA, portée par Michel Jeannerod, président de la FDSEA 25, prône un prix du lait garanti minimum pour tous, décidé en Criel, et raisonne pâtes pressées cuites (emmental, comté et beaufort) dans leur ensemble au sein du SIGF (Syndicat interprofessionnel du gruyère français), sous l’égide du Cniel. L’autre, plébiscitée par Jean-Marie Pobelle, président de la chambre d’agriculture du Doubs, défend le particularisme local représenté par le comté et une politique de l’offre fondée sur un produit de qualité pour un prix du lait « maximum ». Et pour ce faire, avec l’appui des FDCL, il œuvre au renforcement du CIGC et au développement de son bras armé pour booster la qualité, le CTC (Comité technique du comté), court-circuitant l’ITG (Institut technique du gruyère), sous l’égide du SIGF. Signe patent de ce conflit qui dura dix ans, pour son troisième mandat à la chambre en 1983, Jean-Marie Pobelle ne sera élu, face à un FDSEA, qu’à une voix d’avance, grâce à l’appui du président de la FDCL du Doubs. C’est aussi grâce au non-soutien osé d’un élu FDSEA du Jura que Michel Jeannerod a raté d’une voix la présidence du CIGC. Nul doute qu’avec lui, les discussions sur le renforcement du cahier des charges, force aujourd’hui du comté, auraient pris une autre tournure. Probable aussi que le CIGC se soit dissous dans le SIGF, disparu aujourd’hui.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER