S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Ils veulent structurer la filière des chiens de protection

réservé aux abonnés

 -
Les chiens de protection sont au cœur de fortes tensions sur le terrain. © M.-F. Malterre

Structuration de la filière des chiens de protection et formation des éleveurs et des bergers pour l’éducation des chiens font partie des axes mis en avant par le rapport parlementaire sur les chiens de troupeau, présenté le 5 février 2020.

« Il faut structurer la filière des chiens de protection », estime Pascale Boyer (LREM), député des Hautes-Alpes, et rapporteure de la commission d’enquête sur les chiens de troupeau (1), avec Bénédicte Taurine (LFI), député de l’Ariège. C’est une demande des éleveurs. Claude Font, de la FNO (Fédération nationale ovine), estimait d’ailleurs en décembre dernier que...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Il faut structurer la filière des chiens de protection », estime Pascale Boyer (LREM), député des Hautes-Alpes, et rapporteure de la commission d’enquête sur les chiens de troupeau (1), avec Bénédicte Taurine (LFI), député de l’Ariège. C’est une demande des éleveurs. Claude Font, de la FNO (Fédération nationale ovine), estimait d’ailleurs en décembre dernier que la demande en chiens de protection allait exploser à la suite de la présentation des nouvelles dispositions réglementaires du plan loup. Si les chiens de conduite ne posent pas de problème, les chiens de protection sont au cœur de fortes tensions sur le terrain. Il existe déjà un réseau d’expertise créé en 2018, encadré par l’Institut de l’élevage, mais celui-ci est jugé insuffisant.

Communiquer davantage

Les députés considèrent qu’il faut étoffer ce réseau et communiquer davantage pour en faire un réseau de « proximité ». « Les moyens de l’Institut de l’élevage doivent être renforcés pour accroître son efficacité », a précisé Bénédicte Taurine. Le renforcement de la formation des éleveurs et des bergers est un axe principal des préconisations des deux rapporteures.

Au sujet de la structuration de la filière, les élus recommandent un « recensement exhaustif » des chiens de protection. En 2019, 4 231 chiens de protection ont été financés par l’État, soit 500 de plus que l’année précédente. Et les éleveurs qui achètent un chien ne demandent pas tous une aide. Le rapport propose un cadrage rigoureux du suivi, de la reproduction et du comportement des chiens suivant un protocole unique avant la première montée en alpage.

Une réflexion sur la réforme des chiens

Les rapporteures préconisent aussi d’entreprendre une réflexion sur la réforme des chiens âgés et des jeunes chiens inaptes pour ne pas laisser les éleveurs seuls face à ces problèmes. Les députés proposent de recenser tous les incidents au travers d’une base de données nationale et de « transmettre une culture de la montagne » aux touristes pour qu’ils adoptent les bons réflexes face aux chiens.

Le statut des chiens est aussi un sujet sensible. Il « est vécu par les éleveurs comme une épée de Damoclès », a précisé Pascale Boyer. Pour l’instant, c’est l’éleveur qui est seul responsable en cas de problème. Des élus rencontrés lors de l’enquête ont émis l’idée que l’État endosse cette responsabilité.

Un groupe de travail planche sur le sujet au sein du groupe national loup. « C’est une partie qu’il faut faire évoluer », a déclaré Stéphane Travert, à l’issue de la présentation du rapport. Fabien di Philippo (LR), député de la Moselle, interroge de son côté sur la gestion de la population de loup : « Ne faudrait-il pas envisager des tirs plutôt que de laisser s’entre-tuer les chiens et les loups ? »

M.-F. M.

(1) Les chiens de troupeau rassemblent les chiens de conduite et les chiens de protection.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER