S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Nous prémélangeons tout et n’utilisons plus de concentré sec »

réservé aux abonnés

Habitué à utiliser des matières premières et des coproduits, Jean-Philippe Duval a remplacé le tourteau de soja OGM par du colza et du lin achetés par camion. Il a limité le surcoût de cette substitution à 2 € les 1 000 l, et conserve de hautes performances.

La complémentation azotée distribuée au niveau des deux robots de traite de la SCEA Saint-Étienne est exempte d’OGM depuis près de dix mois. « Nous avons remplacé le tourteau de soja OGM par un mélange de trois matières premières sans OGM. Il se compose d’un tiers de tourteau de colza, un tiers de tourteau de colza tanné et un tiers de tourteau de lin. Et du wheat-feed (aliment de gluten de blé, issu...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
8%

Vous avez parcouru 8% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La complémentation azotée distribuée au niveau des deux robots de traite de la SCEA Saint-Étienne est exempte d’OGM depuis près de dix mois. « Nous avons remplacé le tourteau de soja OGM par un mélange de trois matières premières sans OGM. Il se compose d’un tiers de tourteau de colza, un tiers de tourteau de colza tanné et un tiers de tourteau de lin. Et du wheat-feed (aliment de gluten de blé, issu de l’industrie de l’amidonnerie) est utilisé comme aliment de production », explique Jean-Philippe Duval, éleveur coopérateur à la fromagerie de l’Ermitage, dont la production de lait entrera dans une collecte estampillée « issue d’animaux nourris sans OGM » dès avril 2019.

Pour ce producteur, adopter une solution non OGM sous forme de matières premières a été évident. Car il suit régulièrement l’évolution des cours et a l’habitude des approvisionnements en gros volumes. En effet, sa plate-forme bétonnée, ses silos et ses hangars de stockage lui permettent de bloquer ses commandes de matières et coproduits à des prix intéressants, pour les réceptionner par semi-remorques bennés.

C’est sur ce principe qu’il établit chaque année environ 20 % de la ration mélangée distribuée matin et soir aux 140 laitières. À base d’ensilages de maïs et d’herbe récoltés sur la ferme, cette ration à l’auge comporte en effet un prémélange de coproduits humides et de matières premières achetées, stocké pour plusieurs mois au sein d’un seul silo. À noter que depuis quelques années déjà, cette ration est sans OGM.

Dès l’été 2017, « j’ai acheté le tourteau de colza 212 €/t »

Réalisé en janvier 2018, en prestation de service par l’entreprise Pollen, le dernier mélange de coproduits et matières premières aura été consommé en un an, jusqu’à courant février 2019. Il a coûté 81 €/tonne brute, car Jean-Philippe Duval a bloqué les prix des matières dès l’été 2017. « J’ai acheté le tourteau de colza 212 €/tonne », pointe-t-il. L’avance de trésorerie nécessaire s’élève toutefois à quelque 50 000 €.

Au total, sept ingrédients composent ce mélange à 23 % de MAT et 1,01 UFL/kg de matière sèche. « Nous utilisons des coproduits depuis dix ans, relate Jean-Philippe Duval. Au départ, nous avons mélangé des drêches avec des concentrés énergétiques au silo, afin d’avoir moins de pertes par écoulement. Nous sommes ensuite définitivement partis sur ce principe de tout prémélanger, de ne plus travailler avec aucun concentré sec. Cela permet d’apporter une ration stable toute l’année. C’est favorable au bon fonctionnement du rumen des vaches. Et cela évite les dérives de coûts de concentrés : on part pour six mois ou un an, sans plus avoir à toucher à la ration à l’auge. Ni même à l’aliment azoté apporté par les Dac des robots aux plus fortes productrices,1 à 3 kg par vache, selon le stade de lactation ! » Ce système de prémélange permet aussi un gain de temps important. Concrètement, la mélangeuse automotrice se rend au silo d’herbe, au silo de maïs, puis au silo de mélange, enfin les minéraux sont ajoutés : la ration, prête en un quart d’heure, n’a plus qu’à être distribuée.

Cet hiver, chaque vache reçoit ainsi, en matière brute par animal et par jour, 13 kg du mélange coproduits/matières premières, 17 kg d’ensilage d’herbe, 19 kg de maïs ensilage, 2,5 kg d’un mélange énergétique, 0,28 kg de minéral­ 3/28/7 et 0,06 kg de sel.

« Du lin pour la santé et la reproduction »

L’apport du mélange énergétique (85 % de corn gluten feed et farine de maïs, et 15 % de coque de cacao pour soutenir le TP) est toutefois exceptionnel. Il participe à compenser les piètres valeurs du maïs ensilé, à faible rendement, en 2018 : 30 % de MS, 21,6 % d’amidon et 0,89 UFL. « En année normale, j’apporte 25 à 26 kg de maïs à 0,93 UF, 14 kg d’herbe, et 14 kg de mélange coproduits-matières premières », précise l’éleveur.

Principalement en raison de l’ajout du mélange énergétique, le coût total de la ration est passé « de 114 €/1 000 kg de lait historiquement à 127 € cet hiver », chiffre Jérôme Larcelet, responsable du pôle nutrition Seenorest. Un coût de ration à comparer à la moyenne du groupe robot chez Optival, à 135 €/1 000 kg, et à celle du groupe des exploitations à plus de 10 000 kg (123 €).

Dans cette augmentation du coût de la ration de 13 €/1 000 kg par rapport à l’an dernier, la mise en œuvre de la nouvelle correction azotée sans OGM, par le mélange colza-colza tanné-lin, joue pour + 2 €/1 000 kg de lait seulement. « Si la substitution avait été faite avec du soja non OGM, le surcoût aurait été de 5 € », souligne Jérôme Larcelet.

L’apport de ce trio de tourteaux représente en moyenne 2,2 kg/VL/jour, contre précédemment 1,9 kg/VL/jour de tourteau de soja. Le correcteur colza-colza tanné-lin sans OGM affiche des valeurs de 33,4 % de MAT, 0,9 UFL, 237 g/kg de PDIN, 192 de PDIE et 154 de PDIA. « Le tourteau de colza tanné possède des valeurs PDIE et PDIA supérieures au tourteau de colza simple. Le mélange des deux types vise à assurer la performance laitière. Quant au tourteau de lin expeller, riche en acides gras poly-insaturés, il a été ajouté pour son effet positif sur la production laitière, mais aussi pour ses vertus sur la reproduction et la santé », précise Jérôme Larcelet.

« Cette solution sans OGM n’utilise que des matières nobles »

Les résultats obtenus jusqu’ici sur le troupeau satisfont Jean-Philippe Duval. « Cette solution sans OGM sous forme de matières premières présente l’avantage de n’utiliser que des matières nobles, sans qu’il y ait d’ajout de type urée, apprécie-t-il. Et la réponse en lait est bonne, avec 33-34 kg de lait par vache à mi-janvier. Les résultats de reproduction sont également là. » Le niveau de TB et TP du troupeau reste toutefois faible, mais c’est une constante dans l’élevage « liée à la génétique plutôt qu’à l’alimentation ».

Jean-Philippe Duval a prévu la réalisation d’un nouveau silo de coproduits et matières premières début février 2019. Sa composition gardera le même profil, mais affiche un coût inévitablement en hausse. « Le colza est à 270 €/t, les matières énergétiques à plus de 200 €/t…, énumère-t-il. J’ai surveillé les marchés, mais ils sont toujours restés hauts, et il y a aujourd’hui peu de disponibilités. » À 106 € la tonne brute (+ 25 € par rapport au silo fait en janvier 2018), ce mélange sera réalisé pour environ six mois seulement d’alimentation. Ce qui permettra d’ajuster au mieux les futurs choix de rationnement, lorsque seront connus les résultats des maïs ensilages 2019.

Catherine Regnard
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

test

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER