S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Ne pas attendre de miracles de l’efficience alimentaire

réservé aux abonnés

 - -->
Ration : pas d’influence.Le type de ration distribuée, qu’elle soit plus riche en énergie ou en cellulose, n’a pas d’influence sur l’efficience alimentaire de la vache laitière. Le classement sur l’efficience des vaches reste globalement le même avec une ration riche en énergie et une autre qui l’est moins. © Christian Watier

Améliorer. Selon les premiers résultats de recherche, les vaches efficientes digéreraient mieux la ration. Si l’efficience de celles qui le sont moins est améliorée, cela ne portera que sur 5 à 8 % de la ration ingérée. La piste génétique est encore à l’étude.

Avoir des vaches laitières efficientes, c’est le rêve de tout éleveur. Elles consomment moins d’aliments que ce qui était prévu pour produire le lait. Alors, pourquoi une vache l’est-elle… ou pas ? La recherche n’apporte pas aujourd’hui de véritables explications, seulement des pistes, certes sérieuses, mais qui demandent à être approfondies. Si elles sont validées, des progrè...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
8%

Vous avez parcouru 8% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Avoir des vaches laitières efficientes, c’est le rêve de tout éleveur. Elles consomment moins d’aliments que ce qui était prévu pour produire le lait. Alors, pourquoi une vache l’est-elle… ou pas ? La recherche n’apporte pas aujourd’hui de véritables explications, seulement des pistes, certes sérieuses, mais qui demandent à être approfondies. Si elles sont validées, des progrès seront possibles mais les éleveurs laitiers ne doivent pas, pour autant, en attendre des miracles. « Les deux tiers de l’énergie consommée par la vache laitière le sont pour la synthèse du lait. Cette dépense énergétique est stable, ce qui laisse peu de marge pour améliorer l’utilisation de l’énergie par l’animal », précise Philippe Faverdin, chercheur à l’Inrae de Rennes. Le dernier tiers est mobilisé par la digestion de la ration et par l’activité physique. C’est là que des gains d’efficience pourraient être réalisés, mais ils seront minimes. À même besoin métabolique, on constate un écart de quantités ingérées de 5 % à 8 % par rapport à la moyenne. Autrement dit, pour 20 kg de MS ingérés par vache en moyenne, les moins efficientes consomment­ au maximum 1,5 kg de MS de plus, les plus efficientes 1,5 kg de MS de moins.

Ce que l’on sait

Les chercheurs ne réussissent pas encore à dégager des indicateurs révélateurs de l’efficience alimentaire à partir de mesures directes sur l’animal, par exemple l’analyse des fèces pour mesurer la digestibilité. « La variabilité des mesures de digestibilité faites sur l’individu est supérieure à la variabilité entre individus, ce qui empêche de mesurer les différences entre vaches. Nous essayons donc de mettre en évidence des indicateurs indirects. » Ceux qui commencent à émerger de ces travaux de recherche semblent permettre d’établir des différences entre vaches dans la digestion de la ration.

Une surprise : le volume de l’abdomen. Le volume de l’abdomen est un des indicateurs émergents. La ferme Inrae de Méjusseaume (Ille-et-Vilaine) est équipée d’un portique qui, grâce à des capteurs, reconstitue la forme en 3D de la vache scannée. « Nous pouvons, à partir de là, calculer des volumes partiels d’animal. Nous avons découvert avec surprise que, à même quantité ingérée, les vaches plus efficientes ont un volume d’abdomen plus grand. »

L’Inrae formule l’hypothèse que l’aliment a un temps de séjour plus long dans le rumen, ce qui permet une meilleure digestion et donc un peu plus d’énergie valorisée par kilo d’aliment ingéré. Évidemment, si cette hypothèse se confirme, l’utilisation de cet indicateur dans les élevages paraît très compliquée. « En revanche, on pourra envisager une application en sélection génétique, à condition que ce caractère soit héritable, ce qui reste encore à prouver. »

La température du rumen. Elle pourrait constituer un autre indicateur indirect de l’efficience alimentaire, peut-être en lien avec le volume de l’abdomen. La température du rumen lors des buvées diminue, l’eau bue étant plus froide que le contenu ruminal. Elle perd de 2 à 10 °C chaque­ fois que l’animal boit, puis revient à son niveau initial trente minutes à deux heures plus tard. D’où l’idée de mesurer les variations de températures du rumen par des thermobolus. « À même production laitière et poids vifs, nous remarquons que les vaches plus efficientes voient la température de leur rumen moins abaissée par les buvées. » Boivent-elles moins parce qu’elles ingèrent moins, ou leur volume d’abdomen plus grand limite-t-il l’impact de l’eau froide sur la baisse de la température ? « Peut-être les deux. Nous allons étudier plus en détail cette question cette année, indique Philippe Faverdin. Si la température ruminale se révèle être un indicateur pertinent, il sera beaucoup plus facile de repérer et phénotyper les vaches plus efficientes. » L’application première serait donc génétique, à partir de leur génotypage. L’alimentation de précision pourrait en être une seconde, mais ce sera sans doute difficile à mettre en pratique.

Ce que l’on ne sait pas encore

La santé des vaches. Les vaches plus efficientes mobilisent-elles davantage l’énergie pour la production du lait, au détriment de leurs réserves corporelles, de leur reproduction ou de leur santé ? « Nous n’avons rien constaté de cet ordre, mais ce n’est pas un résultat en tant que tel », répond le chercheur. La mobilisation des réserves corporelles et ses incidences sont complexes à appréhender. Les critères choisis pour estimer l’efficience prennent plus ou moins bien en compte la gestion de ces réserves corporelles.

L’avenir est-il à une alimentation de précision ?

Identifier l’efficience alimentaire des vaches permettrait de mieux valoriser la ration distribuée. Dans ce but, l’Inrae a observé leur réaction à deux régimes restreints. Les premières conclusions montrent qu’il y a plus à attendre de la piste génétique qu’alimentaire.

Améliorer les performances des vaches les moins efficientes ? La ferme de Méjusseaume a testé une alimentation restreinte : les vaches inefficientes se voient distribuer 3 kg de MS de moins que les efficientes. Objectif : étudier si elles se corrigent avec moins d’apports alimentaires. « Une vache est considérée comme inefficiente quand elle surconsomme par rapport à ses besoins, rappelle Philippe Faverdin. Or, plus elle consomme, moins bonne est la digestibilité de la ration. » Mais attention, il explore cette voie à des fins de recherche. Il ne conseille pas aux éleveurs d’abaisser les quantités distribuées à cette catégorie de vaches, vu la difficulté de mise en œuvre.

Que constate-t-on ? Il existe toujours un écart entre les vaches efficientes et inefficientes, mais il se resserre. Sans doute ces dernières digèrent-elles­ mieux, mais une modification de leur gestion des réserves corporelles n’est pas à exclure.

Proposer des rations adaptées ? L’efficience des vaches laitières dépend-elle du régime alimentaire ? C’est ce que l’Inrae a cherché à mesurer à partir de deux rations hivernales à densités énergétiques différentes. La plus faible est plus riche en cellulose, avec moins d’amidon. « Le classement d’efficience des individus n’est pas modifié. Globalement, les vaches plus efficientes le restent, les moins efficientes aussi. Le type de ration hivernale ne semble donc pas avoir d’influence. » Et Philippe Faverdin de conclure : « Il est rassurant de constater que cette aptitude individuelle dépend peu du régime. C’est une information importante si, à l’avenir, ce caractère est sélectionné génétiquement. »

Claire Hue
L’avis de…
« Les gains par les index génétiques méritent d’être vérifiés » L’avis de… Philippe Faverdin, de l’Inrae (Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, ex-Inra) de Rennes

« Nous recherchons des animaux qui valorisent mieux la ration distribuée. Nos travaux montrent que la conduite alimentaire est un levier difficile à utiliser pour corriger les aptitudes individuelles des vaches. La piste génétique semble plus sérieuse, même si beaucoup de chemin reste à faire. La première étape n’est pas encore franchie : trouver des caractères fiables. La deuxième sera de prouver leur héritabilité et d’avoir la garantie que leur sélection ne dégrade pas d’autres fonctions, comme la mobilisation des réserves corporelles et les risques potentiels associés (santé, reproduction). Ces inconnues doivent inciter à bien vérifier les index génétiques d’efficacité alimentaire récemment publiés pour les vaches laitières. À noter que si nous réussisons, l’impact sera tout de même limité : dans le meilleur des cas, un gain de 0,5 à 1 kg de MS/jour/vache au bout de cinq ou six générations sélectionnées, selon l’héritabilité. »

Vache efficiente

L’efficience alimentaire d’une vache est définie à partir de l’ingestion journalière, c’est-à-dire la différence entre la consommation réelle et celle estimée compte tenu de sa production laitière, son format et ses variations de poids. Une vache est jugée efficiente si elle consomme moins d’aliments que prévu. À l’inverse, elle est classée moins efficiente si elle consomme plus.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER