S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Peaufiner la phase 0-6 mois est très payant

réservé aux abonnés

 - -->
Génisses. Un supplément de 15 kg de poudre de lait apporté avant sevrage, ce sont des génisses qui pèsent en moyenne 20 kg de plus au premier vêlage, et produisent au-delà de 1 000 kg de lait de plus en 305 jours. © Claudius Thiriet

Veaux. Investir dans la croissance des veaux, c’est s’assurer des vaches solides et productives.

à la suite d’une visite d’élevage pour optimiser la production des vaches en ration sèche foin regain, nous décidons avec l’éleveur de changer la conduite alimentaire de ses jeunes veaux. Mais aussi de sortir les génisses au pré dès leur première année.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
13%

Vous avez parcouru 13% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

à la suite d’une visite d’élevage pour optimiser la production des vaches en ration sèche foin regain, nous décidons avec l’éleveur de changer la conduite alimentaire de ses jeunes veaux. Mais aussi de sortir les génisses au pré dès leur première année.

Un peu plus de deux ans plus tard, cette stratégie se révèle payante. Ces génisses commencent leurs productions laitières en ayant atteint une taille quasi équivalente, voire supérieure, aux vaches adultes, et avec un démarrage en lactation supérieur au niveau moyen du troupeau, qui est de 25 litres. En moyenne, elles produisent entre 2 et 3 litres de plus que les génisses des années précédentes.

Ce qui a été modifié

1. Augmentation de la quantité de lait distribué au veau avant sevrage

Après une première prise colostrale la plus importante et la plus précoce possible dans la vie du jeune veau – c’est-à-dire qu’il absorbe autant qu’il veut lors de la première buvée (entre 2 et 4 l spontanément) –, les veaux continuent de consommer le lait de leur mère pendant deux jours environ. La première semaine, ils sont conduits en box individuels, passés au nettoyeur haute pression entre deux animaux. Le plan lacté commence par la distribution, matin et soir, de 2 l de lait la première semaine, puis 3 l la deuxième, 3,5 l jusqu’à la fin de la cinquième semaine, pour redescendre progressivement à 2 l de lait matin et soir à la huitième semaine. Les deux semaines suivantes, le veau n’a plus qu’une buvée de 2 à 3 l par jour, jusqu’au sevrage vers 10 semaines et un poids vif qui a doublé. Les veaux qui ont eu un défaut de croissance sont sevrés un peu plus tard.

2. Mise en route du rumen très progressive

Il faut presque six semaines pour optimiser la mise en route d’un rumen fonctionnel. Il doit d’abord prendre du volume. C’est le rôle des fibres. Les papilles ruminales doivent se développer progressivement sans être brûlées par un excès d’acide gras volatil. C’est le rôle du concentré. Aucune digestion ruminale ne peut être optimisée sans l’apport d’eau propre en quantité suffisante, le lait étant dirigé vers la caillette et l’eau vers le rumen.

Les éleveurs ont opté pour un mélange fermier à base de 2/3 d’orge-maïs et 1/3 de tourteau du commerce, plus 2 % de minéral. Une fibre de qualité, plus de la paille et de l’eau sont distribuées à volonté dès le plus jeune âge. Au sevrage, les veaux consomment environ 2 kg du concentré.

3. Mise à l’herbe des veaux avant 1 an d’âge

Afin d’avoir des animaux plus musclés et robustes, il est décidé de les mettre très jeunes à l’herbe. Pour cela il faut maîtriser trois éléments.

a. Le temps doit être clément et les animaux doivent pouvoir se mettre au sec et à l’abri du vent.

b. Les besoins alimentaires de croissance doivent être couverts car les retards de croissance avant 6 mois sont difficilement récupérables.

c. Le parasitisme doit être maîtrisé car ces animaux, pas encore immunisés, ne doivent pas subir de retard de croissance à cause des parasites.

Concrètement, les jeunes génisses sortent au pré en mai avec des bolus, à proximité des bâtiments d’élevage, et continuent d’avoir une alimentation sèche en complément du pâturage. La rentrée a lieu relativement tôt (de septembre à octobre).

Des coproscopies sont réalisées à la rentrée et d’éventuels traitements sont mis en place en fonction de l’état corporel et de l’aspect du poil. Il aurait également été possible de faire des prises de sang pour vérifier le taux de pepsinogène et traiter les parasites en fonction des résultats.

L’évolution de la taille des génisses et de leur production confirme ici, s’il le fallait, les données établies par Drackley en 2007. Il avait montré que, pour 15 kg de poudre de lait apportés en plus avant sevrage, on avait des primipares pesant en moyenne 20 kg de plus au premier vêlage, et produisant environ 1 300 kg de lait de plus en 305 jours.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER