S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Parer en cage motorisée : attention à la contention des pattes avant

réservé aux abonnés

 - -->
Corde. Les pareurs professionnels le savent : pour lever les pattes avant dans une cage motorisée, il faut impérativement, si on utilise une corde, la placer au niveau du pâturon et surtout pas à mi-canon. © jm.vocoret

44 vaches euthanasiées sur 120 laitières et de nombreuses réformes précoces, c’est la douloureuse mésaventure vécue par un éleveur qui, pour parer ses animaux préventivement, n’a pas placé comme il le fallait la corde pour lever les pattes avant.

L’incident dramatique survenu à cet éleveur laitier de ma clientèle doit alerter tous ceux qui utilisent une cage de contention motorisée pour parer leurs animaux. Son pareur professionnel ayant pris sa retraite, il décide de parer lui-même préventivement les quatre pattes de la quasi-totalité de son troupeau : 119 vaches sur 122. Pour ce faire, il investit dans une cage de parage pourvue de trois moteurs, un pour les sangles...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’incident dramatique survenu à cet éleveur laitier de ma clientèle doit alerter tous ceux qui utilisent une cage de contention motorisée pour parer leurs animaux. Son pareur professionnel ayant pris sa retraite, il décide de parer lui-même préventivement les quatre pattes de la quasi-totalité de son troupeau : 119 vaches sur 122. Pour ce faire, il investit dans une cage de parage pourvue de trois moteurs, un pour les sangles ventrales, un deuxième pour lever les pattes arrière et le dernier pour les pattes avant.

Une dizaine de jours après le chantier de parage, l’éleveur remarque un gonflement au niveau du pâturon des pattes avant chez quelques-unes des bêtes parées. Quelques jours plus tard, quatre perdent leur sabot bien qu’elles ne boitent pas très fort… C’est étonnamment systématiquement le sabot intérieur de la patte avant droite qui flanche.

Puis le nombre de vaches pour lesquelles des lésions plus ou moins graves sont observées augmente au fil des jours. Parmi elles, certaines ont de la fièvre, jusqu’à 40,6 °C.

La cage de contention mise en cause

J’observe par ailleurs que la condition générale du troupeau est bonne avec une note d’état corporel (NEC) entre 3 et 3,5, que les vaches sont propres et les bouses normales. Pas d’irrégularité non plus à signaler au niveau de la ration. Les données de fréquentation des deux stalles de robot de traite montrent que le nombre de passages journaliers, qui était de 2,2 avant parage, est de 2,5 juste après. L’examen des sabots décrochés ne révèle pas non plus d’anomalies.

Tous ces éléments laissent donc à penser que le problème n’est pas dû à une erreur de parage en soi. De plus, aucune maladie infectieuse ou systémique ne peut cibler ainsi les membres antérieurs droits des animaux. La nouvelle cage est donc soupçonnée. Une reconstitution, au cours de laquelle l’éleveur réalise les mêmes manipulations que celles qu’il a effectuées au moment du parage préventif, est réalisée en ma présence : une vache est amenée dans la cage, sa patte avant droite fixée à mi-canon avec la corde prévue à cet effet et levée à l’aide du moteur situé au-dessus. On constate alors qu’en sortant de la cage, la vache secoue la patte avant droite à plusieurs reprises.

Un traitement conservatif est mis en place pour les animaux atteints : douches d’eau froide, spray antibiotique, pansement ainsi qu’un traitement général (antibiotique et anti-inflammatoire). Cependant, aucune amélioration n’est constatée après dix jours de traitement.

Traitement curatif sans effet= vaches euthanasiées

L’amputation de l’onglon interne peut être tentée mais un certain nombre des vaches perdent l’onglon interne de la patte avant droite et aussi, dans un second temps, l’onglon externe. L’euthanasie reste alors la seule solution avec de lourdes conséquences financières vu le grand nombre d’animaux atteint et l’importante perte de production laitière. À ce jour, 44 vaches ont dû être euthanasiées et beaucoup ont été réformées avant l’heure.

Une autopsie effectuée sur les vaches euthanasiées montre des zones de nécrose sur l’os, ainsi que des thromboses. Beaucoup d’œdèmes aussi au niveau du pâturon, au niveau du canon chez certaines vaches, et parfois jusqu’au coude. En complément, une angiographie (examen des vaisseaux) est effectuée en comparant une vache atteinte et une vache non parée. Elle montre une altération de la circulation sanguine qui provoque une nécrose au niveau de la patte. La fixation du membre avant par une corde assez fine et fortement tendue à mi-canon contre un bloc en bois a provoqué une lésion des vaisseaux et nerfs à ce niveau.

Des cas similaires rapportés en Belgique et aux Pays-Bas

La position du moteur à droite de la cage de parage accentue la force à droite plutôt qu’à gauche, ce qui expliquerait que les pattes avant droites soient plus atteintes que les pattes gauches. Ce cas n’est malheureusement pas isolé en France et d’autres, similaires, ont été rapportés en Belgique et aux Pays-Bas, faisant suite à la même technique de fixation dans une cage de parage motorisée. Nous vous recommandons donc d’être vigilants à la technique de fixation des pattes avant si vous utilisez ce genre de cage.

Pour lever les pattes antérieures de bovins dans ce type de cage, il est toujours possible d’utiliser une corde, mais à condition de l’appliquer correctement au niveau du pâturon. Et surtout pas à mi-canon ! Vous avez aussi la possibilité d’utiliser un crochet en forme de U, à placer sous les onglons accessoires.

Même si la notice d’utilisation fournie avec cette cage conseille bien de fixer la corde au niveau du pâturon, force est de constater, à la vue de ces cas de terrain rapportés, que l’information n’est pas suffisante. Le signaler directement par un pictogramme sur la cage sous le moteur pour lever les pattes avant apparaît urgent.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER