S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’intoxication par les glands s’est révélée fatale

réservé aux abonnés

 - -->
Ulcération du mufle. Il s’agit d’un signe clinique très inquiétant car également associé à une maladie comme la FCO. Heureusement, l’analyse d’urine a confirmé une intoxication provoquée par les glands. © S.R.

Pâturage. L’intoxication par les glands est fréquente en pâture. Il s’agit d’intervenir dès l’apparition des premiers signes.

Ce nouveau cas clinique concerne une génisse qui s’isole de ses congénères en pâture depuis trois jours. On est en automne, c’est un animal qui a 2 ans. L’éleveur la rentre et la vermifuge. Mais cela ne va pas mieux pour autant. Au début de ma visite, on discute un peu avant d’aller voir l’animal : les dix autres génisses du lot se portent bien, il n’y a pas eu de changement de pâture récemment...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Ce nouveau cas clinique concerne une génisse qui s’isole de ses congénères en pâture depuis trois jours. On est en automne, c’est un animal qui a 2 ans. L’éleveur la rentre et la vermifuge. Mais cela ne va pas mieux pour autant. Au début de ma visite, on discute un peu avant d’aller voir l’animal : les dix autres génisses du lot se portent bien, il n’y a pas eu de changement de pâture récemment, ni rien de particulier à signaler au cours des derniers jours.

La génisse souffre d’une insuffisance rénale grave

Pourtant, à l’examen clinique, certains signes sautent aux yeux  : abattement, sang en nature au niveau de l’anus (depuis le matin), rectum vide, rumen qui ne se contracte pas, yeux qui coulent et surtout mufle tout ulcéré ! Le genre de mufle qui fait peur au vétérinaire comme à l’éleveur, parce qu’il demande d’inclure dans les hypothèses les diagnostics FCO, fièvre aphteuse et IBR pour les maladies réglementées. Rien que cela ! Fort heureusement, le problème se trouve ailleurs : il n’y a pas de fièvre, pas de lésion dans la bouche, ni sur les gencives. La présence du sang au niveau de l’anus, la constipation, le rumen arrêté et légèrement météorisé m’orientent vers une affection bien connue : n’y aurait-il pas des glands dans la pâture ? L’éleveur ne peut pas le confirmer. Je fais une prise de sang et un sondage urinaire pour confirmer que les risques de maladies réglementaires s’envolent loin de l’exploitation.

Conclusion : les marqueurs rénaux sont très élevés et l’urine obtenue par sondage est couleur « eau de roche » et mousseuse. Cela indique que la génisse souffre d’une insuffisance rénale grave ayant entraîné une accumulation d’urée dans le sang, à l’origine des ulcérations du mufle. Les reins, abîmés par les polyphénols contenus dans les glands, laissent fuir les protéines dans les urines, les rendant mousseuses. Les tanins sont à l’origine des symptômes digestifs observés, c’est-à-dire une constipation opiniâtre alternant avec des phases de diarrhée noire putride.

La mauvaise nouvelle, c’est que le pronostic est réservé pour cette génisse.

La toxicité dépend de la quantité de tanins

Un traitement de soutien avec pansements digestifs , antibiothérapie et surtout fluidothérapie massive est tenté, mais les marqueurs rénaux restent élevés. Le pronostic est sombre, il est donc décidé d’arrêter les frais.

Certaines vaches raffolent des glands. Or, ils représentent une cause d’intoxication fréquente. Ils sont d’autant plus toxiques lorsqu’ils sont verts. Attention alors aux coups de vent qui les font massivement tomber dans la pâture ! La dose toxique n’est pas définie. Elle est variable selon la quantité de tanins contenus dans le chapeau du gland. Lorsque les signes cliniques s’installent, le pronostic vital est souvent déjà engagé. Mais difficile d’éviter cette intoxication liée à l’environnement et à la saison. La vigilance s’impose pour réagir dès les premiers signes de baisse d’appétit et d’arrêt de rumination, avec notamment des pansements digestifs et le retrait de la pâture.

Urine. Mousseuse et couleur « eau de roche » caractéristique.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER