S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le monstre a été découpé dans l’utérus

réservé aux abonnés

 - -->
Monstruosité fœtale. Ici, une tête mais deux museaux et trois oreilles, que le vétérinaire a dû découper dans la vache. © f. speiser

Embryotomie. L’extraction d’un veau présentant deux museaux a été longue et délicate, mais la vache se porte bien.

Un matin d’avril 2020, je suis appelé par un éleveur laitier afin de réaliser un vêlage car selon lui le veau a deux têtes… J’en informe mes collègues. Notre connaissance de ce petit élevage, traditionnel, nous fait penser que j’aurai affaire à des jumeaux.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Un matin d’avril 2020, je suis appelé par un éleveur laitier afin de réaliser un vêlage car selon lui le veau a deux têtes… J’en informe mes collègues. Notre connaissance de ce petit élevage, traditionnel, nous fait penser que j’aurai affaire à des jumeaux.

Sur place, j’enfile ma casaque et mon masque chirurgical puis réalise l’examen obstétrical, pour me rendre compte que le veau présent dans la vache ne comporte que deux membres antérieurs, qui se présentent à la vulve, une seule encolure mais… deux museaux. Tête et encolure étant repliées dans le creux du flanc gauche de la vache, l’extraction s’annonce délicate sur cette primipare.

Nous décidons de l’embryotomie

Les manœuvres obstétricales ne permettent pas de rétablir tête et cou en position normale, car cette tête « à deux museaux » est trop volumineuse pour passer dans le bassin. Le veau n’ayant aucune valeur et étant mort, nous décidons de réaliser une embryotomie (terme usuel impropre, qui devrait être remplacé par fœtotomie). Cela consiste à découper le veau en plusieurs morceaux, afin que chacun soit d’une taille suffisamment restreinte pour passer dans le bassin sans difficulté.

Je n’ai bien sûr pas avec moi l’appareil prévu à cet effet (un seul modèle est stocké à la clinique pour les trois vétérinaires que nous sommes, et l’appareil n’est pas toujours très pratique), mais je demande à l’éleveur un morceau de tuyau de 60 cm de long, et j’ai une scie-fil et les poignées nécessaires. L’éleveur me fournit un tuyau en PVC de 40 mm de diamètre, d’une longueur suffisante. C’est parti.

Une heure pour découper la tête et la sortir

Tout au long de l’intervention, je garderai mes mains dans la vache, afin de maintenir le tuyau et l’organe à découper positionnés au mieux pour ne pas la blesser. C’est l’éleveur qui utilisera la scie-fil et ses poignées.

Nous commençons par sectionner l’encolure, ce qui prend moins de cinq minutes. Le corps du veau est alors extrait sans difficulté, avec la simple précaution de couvrir de ma main les saillants osseux cervicaux issus de la découpe, lors de leur passage dans le vagin. Puis nous essayons d’extraire la tête : impossible, elle est trop grosse et ne passe pas. Il va falloir la découper. Scier une tête en forme de Y dans un utérus de plus de 50 litres de volume est comparable à un jeu d’équilibre, où vous devez faire tenir un triangle sur un fil… Nous mettons près d’une heure pour parvenir à bien positionner la scie-fil et à trancher la tête ! Après une bonne suée, la tête sort en deux morceaux.

Un monstre monosomien

La vache ne présente pas de lésions vaginales mais une fièvre modérée, deux jours après la mise-bas, qui a été traitée avec des antibiotiques et des anti-inflammatoires adaptés. La production laitière est normale. Ce cas a mis en évidence une monstruosité fœtale. C’est une affection que l’on rencontre ponctuellement et qui peut amener à différents types de « monstres ». Celui-ci fait partie du groupe des monosomiens, c’est-à-dire un monstre double avec un seul corps, deux membres antérieurs, deux postérieurs puis deux têtes. Dans notre cas, le veau était mort mais il existe des cas de veaux vivants. La même affection existe dans toutes les espèces de mammifères (mais aussi de serpents, par exemple). Le cas existe d’un tandem de femmes à deux thorax, trois bras, deux jambes et deux têtes, menant une vie presque normale, à la particularité que chaque tête dirige la moitié du corps lui correspondant, ce qui pose des difficultés locomotrices (y compris pour applaudir, manger, pédaler, etc.).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER