S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le prix du lait décroche en mai

réservé aux abonnés

 -
© V. Guyot/GFA

À 338,30 €/t, le prix du lait moyen payé aux producteurs européens se replie de 1,5 % sur un mois. Il affiche toutefois une hausse de 5 % par rapport à 2018. Sur le marché des ingrédients, le cours du beurre poursuit son recul, tandis que celui de la poudre maigre reste stable.

La paie de lait moyenne sur le Vieux Continent s’érode de 5,10 €/t en mai, par rapport à avril, d’après les données de la Commission européenne. Elle reste toutefois en progression de 17,4 € par rapport à mai 2018.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La paie de lait moyenne sur le Vieux Continent s’érode de 5,10 €/t en mai, par rapport à avril, d’après les données de la Commission européenne. Elle reste toutefois en progression de 17,4 € par rapport à mai 2018.

Parmi les principaux pays producteurs, le prix du lait atteint en moyenne à 339,70 €/t en Allemagne (+6 % sur un an), 352,5 €/t aux Pays-Bas (+4 %) et 314,70 €/t en Irlande (+1 %). Pour juin, la Commission européenne anticipe une stabilisation du prix du lait à 338,10 €/t.

En France, le prix moyen du lait s’établit à 348,40 €/t en mai 2019, en recul de 8,20 € par rapport à avril, mais en hausse de 24,10 € par rapport à mai. Pour rappel, il s’agit du prix moyen payé aux producteurs, comprenant les laits conventionnel, bio et AOP.

Le beurre passe sous les 4 000 €/t

Du côté des ingrédients laitiers, le cours européen de la poudre de lait écrémé se stabilise, après une progression quasi continue depuis novembre 2018. Le marché est désormais assaini après l’épuisement de la totalité des stocks en juin. La cotation du 14 juillet 2019 atteint 2 050 €/t, soit une progression de 35 % sur un an glissant.

À l’inverse, le prix du beurre dévisse, et poursuit sa lente érosion depuis décembre 2018. Depuis le début de juin, il s’établit sous la barre de 4 000 €/t. Le 14 juillet dernier, le cours européen s’établissait à 3 900 €/t, soit une chute de 32 % par rapport à juillet 2018.

S’agissant des fromages, la stabilité prévaut pour les cours du gouda et de l’édam. Ils affichaient respectivement 3 060 et 3 050 €/t le 14 juillet dernier. À la dernière cotation, les cours européens de l’édam et du gouda progressent respectivement de 5 % et 4 % sur un an glissant, tandis que celui du cheddar se replie de 6 %.

V. Gu.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER