S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La production de lait augmenterait à nouveau en 2019

réservé aux abonnés

 -
© C. Faimali/GFA

La Commission européenne table sur une augmentation de 0,7 % de la collecte laitière communautaire en 2019.

À la fin de décembre 2018, l’Union européenne à 28 comptait 1,6 % de vaches laitières de moins qu’en 2017, et 2 % de génisses de deux ans en moins, laissant imaginer un moindre taux de renouvellement en 2019. Malgré cette baisse de cheptel et la sécheresse estivale, la collecte laitière communautaire a augmenté de 0,9 % en 2018. Et, selon les prévisions diffusées le 17 avril 2019...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

À la fin de décembre 2018, l’Union européenne à 28 comptait 1,6 % de vaches laitières de moins qu’en 2017, et 2 % de génisses de deux ans en moins, laissant imaginer un moindre taux de renouvellement en 2019. Malgré cette baisse de cheptel et la sécheresse estivale, la collecte laitière communautaire a augmenté de 0,9 % en 2018. Et, selon les prévisions diffusées le 17 avril 2019 par Bruxelles, Elle atteindrait 167,3 millions de tonnes en 2019, contre 166,4 millions de tonnes en 2018.

Un prix du lait attractif

Comment la production a-t-elle rebondi à la fin de 2018 malgré la sécheresse et l’érosion du cheptel ? Grâce à l’utilisation d’aliments concentrés importés au dernier trimestre de 2018, dopant la collecte de 2 %. Ce recours plus important aux concentrés aurait aussi limité la chute des livraisons au premier trimestre de 2019 (–1 %). Bruxelles s’attend à un rebond de la collecte au printemps et sur la seconde partie de l’année si les conditions climatiques restent « normales ».

À quoi faut-il s’attendre en termes de prix du lait ? Eh bien, la Commission ne se mouille pas sur ce sujet. Elle estime qu’il sera guidé par l’augmentation des prix de la poudre de lait écrémé et par un prix du beurre stable, au-dessus de 4 000 €/t en moyenne. Pour mémoire, sur l’année 2018, la Commission européenne estime le prix du lait à 340 €/t, soit 2 % au-dessous de son niveau de 2017 et de la moyenne quinquennale de 2013 à 2017.

Les incertitudes du Brexit

Bruxelles prévient tout de même que le pic de collecte saisonnier du printemps et l’augmentation de la teneur en matière grasse du lait pourrait peser sur le prix du lait dans les mois à venir. En revanche, à aucun moment, la Commission n’évoque le Brexit et ses conséquences potentielles dans son analyse, si ce n’est pour dire qu’il rend l’exercice des prévisionnistes encore plus difficile.

E.R.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER