S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une reprise des cours est attendue sous l’effet d’une collecte diminuée dans l’UE

réservé aux abonnés

 - -->
©

Produits industriels. La sécheresse pourrait avoir affecté durablement la production européenne. Dans ces conditions, les cotations devraient repartir à la hausse.

La sécheresse et la canicule qui ont touché tout le nord de l’Europe, l’Irlande et le Royaume-Uni auront un impact sur la collecte euro­péenne. Sans doute pour plusieurs mois si les stocks hivernaux ont été massivement consommés. En France, la chute de la production ne s’est vraiment fait sentir qu’à partir de fin juillet. En cumulant avec le creux saisonnier de l’automne, il y aura moins de lait dans les usines pendant...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
40%

Vous avez parcouru 40% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La sécheresse et la canicule qui ont touché tout le nord de l’Europe, l’Irlande et le Royaume-Uni auront un impact sur la collecte euro­péenne. Sans doute pour plusieurs mois si les stocks hivernaux ont été massivement consommés. En France, la chute de la production ne s’est vraiment fait sentir qu’à partir de fin juillet. En cumulant avec le creux saisonnier de l’automne, il y aura moins de lait dans les usines pendant plusieurs semaines. Les cotations n’explosent pas les plafonds pour autant. Celle du beurre, après avoir dépassé 6 000 €/t fin mai, avait nettement reculé jusqu’à fin juillet pour revenir ensuite à 5700 €/t, bien en dessous de son niveau de 2017. Mais la barre des 6 000 € sera franchie de nouveau cet automne. La poudre 0 % a connu aussi un coup de mou en juillet mais retrouve aujourd’hui son plateau de juin à 1600 €/t. Les ventes de poudre d’intervention qui ont repris en septembre donneront la tendance. Celle de juillet n’avait pas connu de succès (2 400 t vendues). La demande mondiale de produits laitiers reste bien orientée, même si la politique du président Donald Trump est source d’incertitudes pour les marchés. Mais la guerre commerciale qui s’engage avec la Chine pourrait profiter aux exportations européennes.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER