S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des agriculteurs offrent leurs masques au personnel soignant

réservé aux abonnés

 -
© Twitter @BaptisteMenon

Un élan de solidarité a vu le jour au début de la semaine. Alors que les services médicaux et hospitaliers attendent d’être ravitaillés en équipements de protection, des agriculteurs se mobilisent et appellent à faire don de leurs masques anti-poussière.

« Il faut protéger ceux qui nous réaniment et ceux qui sont au front. » Baptiste Menon, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs du Centre-Val de Loire, a lancé un appel sur Twitter le 17 Mars 2020. Il exhorte les agriculteurs à faire don de leurs masques respiratoires anti-poussière FFP2 et FFP3 au personnel soignant dans l’attente d’un ravitaillement en équipements de protection. « ...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Il faut protéger ceux qui nous réaniment et ceux qui sont au front. » Baptiste Menon, secrétaire général des Jeunes Agriculteurs du Centre-Val de Loire, a lancé un appel sur Twitter le 17 Mars 2020. Il exhorte les agriculteurs à faire don de leurs masques respiratoires anti-poussière FFP2 et FFP3 au personnel soignant dans l’attente d’un ravitaillement en équipements de protection. « Quand j’ai regardé les masques que j’avais chez moi, j’ai vu que c’était ceux-là qui manquaient au corps médical. »

« Un appel urgent dans les campagnes »

C’est à la suite d’un appel téléphonique avec l’un de ses proches chirurgien de métier que Baptiste Menon a eu l’idée de se mobiliser : « Il me faisait part des difficultés qu’il y a en ce moment, de la situation compliquée, que [le personnel médical et hospitalier] n’avait pas de masque FFP2. Ils sont en première ligne et ils n’ont pas ce qu’il faut. Si eux sont malades, qui va nous réanimer ? » Un constat qui l’a poussé « instinctivement » à en parler autour de lui et à se rendre dans un établissement médical près de chez lui pour offrir le surplus de ses masques.

Le syndicat agricole Jeunes Agriculteurs du Centre-Val de Loire a aussitôt relayé l’information en lançant « un appel urgent dans les campagnes » pour alimenter maisons médicales, médecins, infirmiers, dentistes et tous ceux qui sont « en première ligne face au virus ».

« L’esprit collectif » face au coronavirus

D’autres agriculteurs se sont mobilisés sur les réseaux sociaux et ont également appelé tous les corps de métiers disposant de masques à les donner au personnel médical. C’est le cas de Cécile Jarosz, agricultrice en Île-de-France, qui, lorsqu’elle a découvert que beaucoup de professionnels de santé se confectionnaient des masques « à partir d’écharpes et de soutien-gorge », a décidé de leur offrir ceux qu’elle utilise sur son exploitation.

Cécile Jarosz le confirme : pour elle, « c’est à nous de les remercier pour leur travail. C’est notre devoir ! Ils sont en première ligne ! Les protéger, c’est nous protéger. » Et à l’instar de Baptiste Menon, l’agricultrice n’a eu que de bons retours sur les réseaux sociaux : « Je les remercie de partager cet esprit collectif […] si nous pouvons apporter notre soutien aux soignants alors on se sent plus utile. »

Mais si certains ont déjà répondu à l’appel aux dons, Baptiste Menon précise que seuls les surplus doivent être offerts. Les agriculteurs, « censés produire l’alimentation de demain », doivent conserver quelques masques pour continuer à se protéger et ainsi « produire sur leurs exploitations ».

Le secrétaire général des Jeunes Agriculteurs du Centre-Val de Loire espère désormais que la mobilisation s’étende partout en France : « Si j’ai des masques, je ne suis pas le seul et si jamais on peut faire passer l’idée à tous les paysans de regarder leurs stocks, ça serait génial ! »

À lire aussi : « Face à l’épidémie : La production agricole devient une priorité absolue » (18/03/2020)

Oriane Dieulot

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER