S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La demande explose, mais le lait manque

réservé aux abonnés

 -
jm.vocoret

Alors que la demande des GMS explose avec le re-confinement, le manque de lait se traduit par une hausse de 20 €, après celle de + 35 € de la semaine précédente.

L’explosion de la demande des GMS avec le retour du confinement se confirme. Toutes les centrales d’achat recherchent du lait de consommation, du beurre plaquette, des produits ultra-frais et des fromages pour garnir les rayons. Il s’agit en effet de répondre à la demande de consommateurs qui, comme en mars dernier, parce que télétravail oblige, parce que les restaurants d’entreprise ou de quartier sont fermés, doivent cuisiner chez eux.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’explosion de la demande des GMS avec le retour du confinement se confirme. Toutes les centrales d’achat recherchent du lait de consommation, du beurre plaquette, des produits ultra-frais et des fromages pour garnir les rayons. Il s’agit en effet de répondre à la demande de consommateurs qui, comme en mars dernier, parce que télétravail oblige, parce que les restaurants d’entreprise ou de quartier sont fermés, doivent cuisiner chez eux.

+ 55 € en deux semaines

Dans ce contexte de très forte demande, la rareté du lait d’excédent disponible sur le marché se traduit par une nouvelle hausse sensible du prix. Après le + 35 € de la semaine 46, la cotation du lait Spot prend + 20 € semaine 47, à 370 €/1000 l départ quai usine dans l’Ouest. On est à 380 € dans l’Est et la moitié sud (notre observatoire sur www.eleveur-laitier.fr). A ce niveau, on arrive à des prix rendus supérieurs à plus de 400 €, qui font hésiter certains, même des fromagers. S’ils achètent, c’est qu’ils ne peuvent vraiment pas faire autrement pour répondre à des commandes contractuelles, sous peine de pénalités.

Collecte en retrait en France et en Allemagne

Si l’offre de lait sur le marché est très rare, c’est que la remontée de la collecte n’est pas au niveau où on l’attend normalement. Depuis le début du mois de novembre, elle est nettement en retrait par rapport à l’an dernier : - 0,2 % semaine 41, - 1,8 % semaine 42 , - 1,5% semaine 43. Semaine 44, le déficit par rapport à 2019 a même été de - 3,2 %. A noter que la tendance est la même, mais un ton en dessous en Allemagne. En octobre, les chiffres de la collecte hebdomadaire allemande enregistrent des baisses de l’ordre de -0,5 %.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER