S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Trop de lait à digérer par le marché qui dévisse

réservé aux abonnés

 -
jm.vocoret

Ajoutez à la demande, toujours molle, un afflux de lait. Le résultat est immédiat : nouvelle baisse de la cotation de 20 €.

À cette époque de l’année, le prix du lait Spot ne baisse jamais. Il n’en a pas été ainsi la semaine dernière avec une baisse de 10 €. L’inattendu se réitère semaine 29 avec un nouveau recul de 20 à 30 €. Le lait Spot départ quai usine dans l’Ouest s’est négocié à 260 €/1 000 1. (Les prix des autres régions sur www.prosdulait.fr)....
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
27%

Vous avez parcouru 27% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

À cette époque de l’année, le prix du lait Spot ne baisse jamais. Il n’en a pas été ainsi la semaine dernière avec une baisse de 10 €. L’inattendu se réitère semaine 29 avec un nouveau recul de 20 à 30 €. Le lait Spot départ quai usine dans l’Ouest s’est négocié à 260 €/1 000 1. (Les prix des autres régions sur www.prosdulait.fr). Voyez, dans ce nouveau recul, l’effet d’une demande toujours très molle, conséquence de la crise du Covid. Le phénomène est d’ailleurs commun à d’autres pays européens.

Retour de bâton pour les acteurs du lait de consommation

Dans l’Hexagone, cette demande atone touche de plein fouet les acteurs du lait de consommation. Ces derniers limitent aujourd’hui leurs fabrications au strict minimum. Car le fait est que les consommateurs qui continuent de consommer les stocks de lait UHT qu’ils ont faits au début de la crise, achètent moins. Les GMS seraient aussi toujours bien pourvues en stocks. De la même façon, les fromagers qui ont encore des stocks de produits finis, sont très peu aux achats. Quant aux acteurs de l’ultra-frais, ils hésitent toujours à fabriquer, craignant que la saison touristique ne soit pas synonyme de consommation accrue. Ils redoutent aussi la crise économique toujours devant nous.

Afflux inattendu de lait biologique

Dans ce contexte délicat, l’augmentation de l’offre de lait a fait dévisser le marché semaine 29. Elle tient à l’afflux inattendu de lait biologique « en trop » vendu à bas prix en lait conventionnel. Cette offre accrue s’explique aussi par des arrêts techniques d’un certain nombre de laiteries qui ont vendu leur lait non transformé sur le marché. Il y a en outre pas mal de lait entier sans débouché chez nos voisins allemands et néerlandais compte tenu de leur dynamique de production et de la faiblesse de la demande. Ici aussi, cette dernière se heurte à une consommation ralentie.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER