S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Une nouvelle baisse assez inattendue à cette période

réservé aux abonnés

 -
Observatoire de l’Éleveur laitier

Un peu plus de lait offert et une demande toujours timide, la cotation reperd 10 €.

Alors que la cotation du lait Spot semblait enfin repartir à la hausse fin juin début juillet (semaine 26 et 27), elle enregistre une baisse inhabituelle à cette période de 10 €, à 270 €/1 000 l dans l’Ouest (à retrouver sur www.prosdulait.fr). « On devrait naviguer à 350-360 € / 1 000 l », explique ce courtier.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Alors que la cotation du lait Spot semblait enfin repartir à la hausse fin juin début juillet (semaine 26 et 27), elle enregistre une baisse inhabituelle à cette période de 10 €, à 270 €/1 000 l dans l’Ouest (à retrouver sur www.prosdulait.fr). « On devrait naviguer à 350-360 € / 1 000 l », explique ce courtier.

Plus de lait que prévu

Malgré une collecte qui s’amenuise de semaine en semaine, l’offre en lait reste importante en ce début du mois de juillet. Deux explications à cela. Des industriels ont arrêté la production pour engager des travaux sur leurs installations et cela suffit à libérer des volumes. Ensuite le retour de la pluie et d’une météo plus douce, après le coup de chaud de fin juin, a relancé quelque peu la production laitière.

Toujours peu d’acheteurs

Les fondamentaux du marché sont restés les mêmes que les semaines précédentes avec peu d’acheteurs de lait écrémé ou de lait entier. En cause, toujours beaucoup de stocks de produits laitiers chez les distributeurs qui avaient anticipé une reprise de la consommation qui n’arrive pas. La crise économique qui s’avance avec des annonces de licenciements massifs fait craindre des lendemains difficiles, et le phénomène est européen. Les vacances 2020 s’annoncent aussi avec beaucoup moins de touristes étrangers donc une consommation molle qui n’incite pas à fabriquer.

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER