S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

20 € de mieux du fait de la faiblesse de l’offre

réservé aux abonnés

 -

La faiblesse de la collecte fait mécaniquement remonter les cotations

Comme pour les semaines 20 et 21, les laiteries qui offrent du lait sur le marché Spot ne sont toujours pas légion. Voyez-y la traduction d’une faiblesse de la collecte qui se confirme. Depuis cinq semaines, elle est en retrait : -0,4 semaine 17, -0,8 semaine 18, -0,7 semaine 19, la dernière collecte hebdomadaire officielle diffusée par FranceAgrimer. Face à une demande italienne et espagnole qui se réveille, cela se traduit mécaniquement...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
33%

Vous avez parcouru 33% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Comme pour les semaines 20 et 21, les laiteries qui offrent du lait sur le marché Spot ne sont toujours pas légion. Voyez-y la traduction d’une faiblesse de la collecte qui se confirme. Depuis cinq semaines, elle est en retrait : -0,4 semaine 17, -0,8 semaine 18, -0,7 semaine 19, la dernière collecte hebdomadaire officielle diffusée par FranceAgrimer. Face à une demande italienne et espagnole qui se réveille, cela se traduit mécaniquement par une tendance générale à la hausse de l’ordre de 20 € à 250 €/1 000 l départ quai usine dans l’Ouest (www.prosdulait.fr).

Les acheteurs italiens de retour

Si les laiteries italiennes reviennent aux achats, c’est qu’elles veulent se préparer à une saison touristique que le pays veut au plus vite pouvoir redémarrer pour relancer ce pilier de l’activité économique du pays. En France en revanche, les acheteurs de ces dernières semaines sont beaucoup plus en retrait. C’est notamment le cas de ceux qui cherchaient à faire du lait UHT… Produit basique très plébiscité par les consommateurs avec la crise du Covid-19, mais qui commence à l’être beaucoup moins aujourd’hui. Les acheteurs français attendraient aussi d’en savoir plus sur la façon dont le déconfinement s’opérera concrètement et sur les contraintes qui s’appliqueront ou pas cet été. Cela jouera en effet sur la demande des consommateurs. Et ces acheteurs ne veulent pas acheter aujourd’hui du lait pour fabriquer des produits qui leur resteront sur les bras dans quelques semaines.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER