S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Moins de demande mais pour un lait d’excédent toujours très rare

réservé aux abonnés

 -
Le prix du lait Spot perd 10 € dans l’Ouest, à 290 €, départ quai usine. (Source : Observatoire de L’Éleveur laitier. www.eleveur-laitier.fr)

Les acheteurs de lait Spot sont plus en retrait après le rush des deux premières semaines de janvier. Mais dans un contexte où le lait Spot fait toujours cruellement défaut, la baisse de la cotation reste contenue à 10 € dans l’Ouest.

La demande des industriels en lait Spot en vue de compléter leur collecte a faibli en semaine 3, après le rush surprenant des deux premières semaines de janvier. Il faut y voir l’impact de commandes un peu moins importantes des GMS pour approvisionner leurs magasins. Cela vaut notamment pour le lait UHT. « Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, celle où il est encore plus délicat qu’avant de voir clair à court...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La demande des industriels en lait Spot en vue de compléter leur collecte a faibli en semaine 3, après le rush surprenant des deux premières semaines de janvier. Il faut y voir l’impact de commandes un peu moins importantes des GMS pour approvisionner leurs magasins. Cela vaut notamment pour le lait UHT. « Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, celle où il est encore plus délicat qu’avant de voir clair à court ou moyen terme sur le marché en se référant aux repères habituels des années passées », résume ce courtier.

Collecte en retrait dans toutes les régions

Dans ce contexte, le prix du lait Spot accuse, dans l’Ouest, un léger repli de l’ordre de 10 €, à 290 €/1000 l, départ quai usine. Ailleurs, la cotation est reconduite en semaine 3 à 300 €/1000 l. La baisse n’a pas été plus sévère, car le lait d’excédent reste une denrée en réalité très rare. Les quelques citernes qui se sont vendues l’ont été dans le cadre de contrats annuels avec certains acteurs.

Le fait est que la collecte nationale peine toujours à remonter la pente. On était, semaine 53 – la dernière renseignée par France Agrimer –, à un niveau en retrait de 3,8 % par rapport à 2020. Toutes les régions sont dorénavant en retrait, la Normandie incluse, à - 0,5 %. Cette dernière faisait jusqu’alors exception. La collecte bretonne pointe à - 2,7 %, celle des pays de Loire à - 5 %. L’Auvergne-Rhône-Alpes est à - 5,6 %, le Centre-Val de Loire est à - 7,6 %, l’Est à - 7,8 %. La cuillère en bois revient à la Nouvelle-Aquitaine, en retrait de près de 10 % (- 9,7 %).

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER