S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La sécheresse pénalise encore le résultat 2019

réservé aux abonnés

 - -->
Fourrages. Très dépendants des rendements du maïs ensilage, les systèmes laitiers spécialisés sont davantage touchés par la sécheresse. © WATIER-VISUEL

Aléas climatiques. La baisse de revenu dans le Grand Est doit conduire à repenser la stratégie fourragère des exploitations.

Dans la région Grand Est, les résultats de 2019 des exploitations laitières sont de nouveau en baisse, selon une étude prévisionnelle des chambres d’agriculture et de l’Institut de l’élevage (1).
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
21%

Vous avez parcouru 21% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Dans la région Grand Est, les résultats de 2019 des exploitations laitières sont de nouveau en baisse, selon une étude prévisionnelle des chambres d’agriculture et de l’Institut de l’élevage (1).

La légère hausse du prix du lait (+2,9 %) n’a pas compensé la baisse du prix de vente des céréales (-11 à -17 %) cumulée au recul du produit viande (-1 à -2 %). « Mais la cause principale de la baisse de l’EBE est la sécheresse estivale, qui a maintenu le coût alimentaire à un niveau élevé », indique Cécile Goiset, conseillère à la chambre d’agriculture des Ardennes. En effet, dès la fin juin, les prairies ont grillé. La complémentation au parc est devenue nécessaire et les deuxième et troisième coupes derrière foin n’ont pu être réalisées. « Les conséquences sont d’autant plus marquées dans les élevages ayant eu recours aux achats extérieurs dans un contexte de hausse du prix des intrants. »

Baisse de l’EBE dans tous les systèmes

Dans le détail, la baisse d’EBE est moins importante dans les systèmes de polyculture-élevage, où les achats d’aliments ont pu être limités en augmentant les surfaces en maïs ensilé. Les herbagers et les laitiers spécialisés ont dû compenser le manque de fourrages par l’achat de maïs sur pied, de foin et de concentré. « Des trois systèmes étudiés, ce sont les polyculteurs qui dégagent le meilleur niveau d’EBE/UMO, mais ils mobilisent aussi beaucoup d’annuités et, finalement, le revenu disponible est équivalent à celui des éleveurs herbagers. » Très dépendants des rendements maïs (et du prix des concentrés), les laitiers spécialisés sont particulièrement touchés par la sécheresse, et les trésoreries sont fragilisées par deux années de déficit fourrager. Face à ce problème récurrent, tous les départements ne sont pas égaux : les Ardennes sont moins touchées que la Meurthe­-et-Moselle, la Haute-Marne et les Vosges. Mais, dans tous les cas, les années 2018 et 2019 doivent amener à explorer toutes les pistes visant à renforcer l’autonomie : intégrer pleinement les coproduits dans la stratégie de l’exploitation, utiliser les Cipan pour l’affouragement du troupeau, implanter des prairies temporaires – et notamment de la luzerne, qui a bien résisté au sec en offrant trois coupes possibles cette année –, ou tout simplement réduire le chargement.

Jérôme Pezon

(1) Ces prévisions s’appuient sur les résultats des fermes du réseau d’élevage jusqu’en septembre 2019 et les indices Ipampa.

    REVENU DISPONIBLE (EBE – ANNUITÉS)/UMO DANS TROIS SYSTÈMES LAITIERS.

    Herbagers lait-viande : 44 742 € en 2018 ; 39 935 € en 2019 (- 10,7 %).

    Lait spécialisé : 35 833 € en 2018 ; 31 379 € en 2019 (- 12 %).

    Polyculture lait-viande : 35 521 € en 2018 ; 33 795 € en 2019 (- 4,8 %).

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER