S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le comptage cellulaire du lait changera d’étalon en avril

réservé aux abonnés

 -
Le recalibrage des appareils de mesure devrait induire une baisse des concentrations cellulaires du lait français. © Cédric Faimali/GFA

Le recalibrage des appareils de comptage des cellules du lait, initialement prévu le 1er décembre 2020, est désormais annoncé pour le 1er avril 2021 par l’interprofession laitière, le Cniel. Ce nouvel étalonnage est voué à être harmonisé au niveau international.

C’est décidé. Le nouvel étalon de comptage cellulaire du lait, élaboré sous l’égide de la Fédération internationale du lait (FIL), sera lancé le 1er avril 2021 en France. « Cette décision a été actée le 2 décembre » 2020, a indiqué l’interprofession laitière (Cniel) à La France Agricole. Les laboratoires peuvent d’ores et déjà...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
46%

Vous avez parcouru 46% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

C’est décidé. Le nouvel étalon de comptage cellulaire du lait, élaboré sous l’égide de la Fédération internationale du lait (FIL), sera lancé le 1er avril 2021 en France. « Cette décision a été actée le 2 décembre » 2020, a indiqué l’interprofession laitière (Cniel) à La France Agricole. Les laboratoires peuvent d’ores et déjà s’équiper.

> Pour plus d’information : Qualité du lait, vers un nouvel étalonnage pour le comptage cellulaire (12/11/2020)

Les grilles de paiement à la qualité ne devraient pas évoluer

Pour rappel, le recalibrage des appareils de mesure pourrait conduire à une baisse des concentrations cellulaires de l’ordre de 15 à 20 %, sans lien avec les conditions d’élevage. Malgré tout, les grilles de paiement à la qualité ne devraient pas évoluer.

Le 12 novembre dernier, Caroline Le Poultier, directrice du Cniel, indiquait que la gestion des primes, des pénalités et l’adaptation potentielle du prix de base du lait « se feront directement entre les laiteries et les producteurs ». Mais l’impact sur le prix du lait devrait être relativement faible.

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER