S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La collecte de colostrum s’implante à l’Est

réservé aux abonnés

 -
Une agricultrice donne le colostrum a un veau de quelques heures. © Jean-Michel Nossant

Prospérité fermière Ingredia, unique groupe laitier à transformer le colostrum en France, élargit sa zone de collecte à l’Est. Un nouveau périmètre qui tend à apporter un complément de revenu aux éleveurs laitiers de la région.

Une zone de collecte de colostrum de l’Atlantique à l’est de la France : « Nous inaugurons un nouveau périmètre à tous les élevages de bovins laitiers des Vosges, de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle », annonce Serge Capron, président de la coopérative laitière Prospérité fermière, dans un communiqué de presse du 22 octobre 2020.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
12%

Vous avez parcouru 12% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Une zone de collecte de colostrum de l’Atlantique à l’est de la France : « Nous inaugurons un nouveau périmètre à tous les élevages de bovins laitiers des Vosges, de la Meuse et de la Meurthe-et-Moselle », annonce Serge Capron, président de la coopérative laitière Prospérité fermière, dans un communiqué de presse du 22 octobre 2020.

400 000 litres de colostrum d’ici à la fin de 2021

En janvier 2020 déjà, implantée depuis un an en Normandie, Prospérité fermière Ingredia signait 300 nouveaux contrats en deux mois avec des éleveurs de la région. Un succès que cette coopérative vieille de quinze ans compte bien faire perdurer.

Installée également dans les Hauts-de-France, Prospérité fermière Ingredia vise une collecte de colostrum (1) de 400 000 litres environ à la fin de 2021 grâce à ce nouveau territoire élargi, toutes filières confondues (conventionnel, AB…). En 2020, ce sont 300 000 litres qui ont été collectés chez plus de 1 300 éleveurs-producteurs de colostrum en France. Et d’ici à cinq ans, l’objectif visé est de tripler les volumes.

Prospérité fermière veut garantir la traçabilité

La collecte débutera le 15 novembre 2020 dans les trois nouveaux départements : Vosges, Meuse et Meurthe-et-Moselle. « Nous sommes le seul groupe laitier coopératif à récolter et à transformer le colostrum en France. C’est un gage de qualité pour nos clients en France et dans les 80 pays vers lesquels nous exportons », explique Serge Capron.

Du côté de la logistique, elle a été déterminée par Prospérité fermière directement. Elle fournit ainsi les seaux dans lesquels le lait est conditionné pour garantir la traçabilité : un seau par vache et par traite. Puis un centre de collecte est organisé à Verdun sur le site de l’ULM où deux camionnettes d’Optival déposent les seaux de colostrum congelé récupérés dans les exploitations. Ils seront livrés à l’usine Ingredia à Saint-Pol-sur-Ternoise pour le stockage puis la transformation. C’est une fois par semaine tous les deux mois que la fabrication a lieu.

1 600 nouveaux producteurs potentiels

Présent dans les laits infantiles, dans les compléments sportifs, les cosmétiques ou encore dans l’alimentation animale, ce premier lait des vaches après la mise bas est commercialisé dans le monde entier, poursuit le communiqué. « Nous prenons aujourd’hui une nouvelle dimension grâce à ce partenariat avec l’Union laitière de la Meuse, qui couvre un département à 100 %, avec laquelle nous travaillons depuis huit ans, et la coopérative Seenorest Optival sur laquelle nous nous appuyons pour l’organisation logistique de la collecte. Ce sont près de 1 600 nouveaux producteurs potentiels. Notre objectif est d’en faire adhérer près de 30 % au terme de cinq années », détaille encore Serge Capron.

Et de préciser : « Les deux coopératives partenaires informent et forment leurs adhérents sur ce nouveau débouché. Ces deux partenaires techniques vont aussi apporter un conseil aux éleveurs sur l’amélioration de la qualité du colostrum. Ce sont bien le volume et la qualité qui garantissent le meilleur prix à l’éleveur. »

Un complément de revenu pour les éleveurs ?

Serge Capron garantit qu’adhérer à la collecte de Prospérité fermière Ingredia assure un complément de revenu « non négligeable » pour les éleveurs laitiers. D’autant plus, ajoute-t-il, que le même tarif est appliqué pour tous. « Ce prix varie selon la qualité du colostrum : de 0,8 €/l, il passe à 4 €/l au maximum. Le meilleur colostrum récolté rapporte entre 15 et 19 euros complémentaires par vache et par an sachant qu’une vache produit 7,5 litres de colostrum par vêlage en moyenne sur les deux premières traites. »

Un gain confirmé dans la pratique par Karine et François Dontgez, éleveurs dans le Pas-de-Calais et affiliés à la coopérative. Interrogés en mai 2020 par La France Agricole, ils expliquaient livrer annuellement 300 litres de colostrum pour un prix moyen de 2,55 €/litre : « Valoriser le surplus de colostrum plutôt que de le jeter est une so rce de revenu supplémentaire… Sans contrepartie ou presque ! »

Oriane Dieulot

(1) le colostrum est le premier lait des vaches après la mise-bas.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER