S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Feu vert politique de la Commission au plan du Cniel

réservé aux abonnés

 -
Jean-Michel Nossant.

La dérogation aux règles de la concurrence permet à l’interprofession laitière de prendre des mesures pour stabiliser le marché.

L’annonce par la Commission européenne, le 22 avril, de pouvoir exceptionnellement déroger aux règles de concurrence de l’UE pour le secteur du lait a soulagé le Cniel. Ce dernier avait engagé un plan de réduction volontaire de la collecte sur avril, indemnisé à hauteur de 320 €/ 1 000 l, sans attendre l’autorisation de Bruxelles. C’est chose faite, puisque cette dérogation ouvre la possibilité...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’annonce par la Commission européenne, le 22 avril, de pouvoir exceptionnellement déroger aux règles de concurrence de l’UE pour le secteur du lait a soulagé le Cniel. Ce dernier avait engagé un plan de réduction volontaire de la collecte sur avril, indemnisé à hauteur de 320 €/ 1 000 l, sans attendre l’autorisation de Bruxelles. C’est chose faite, puisque cette dérogation ouvre la possibilité à l’interprofession laitière de prendre : « Des mesures pour stabiliser le marché. Par exemple, le secteur du lait sera autorisé à planifier collectivement la production du lait. »

Une décision politique

À ce jour, ce n’est qu’une décision politique. Le règlement d’application devrait intervenir à a fin du mois d’avril et le Cniel sera évidemment attentif à ce qu’il prenne en compte un effet rétroactif. « Un refus était pour nous inenvisageable, pour un plan qui ne coûte rien au budget européen et qui engage la solidarité des producteurs. Nous avons voulu être le plus réactif possible. C’est maintenant qu’il fallait engager cette mesure, pas en juin ou juillet », explique Daniel Perrin, secrétaire général de la FNPL.

Un signal pour le marché

Pour le secteur du lait, la Commission a également déclenché l’aide au stockage privé pour le beurre, la poudre 0 % et les fromages.

Cette mesure avait été demandée par les transformateurs français dès le 20 mars. Depuis les cotations de produits industriels ont dévissé. Cette annonce pourrait donner enfin un signal aux marchés et éviter que les ingrédients laitiers beurre/poudre n’atteignent les prix d’intervention.

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER