S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Sodiaal négocie toujours avec la grande distribution

réservé aux abonnés

 -
© Gutner archive

La coopérative Sodiaal, qui produit le lait Candia, les fromages Entremont ou le lait en poudre Regilait, a obtenu des hausses de tarifs de la grande distribution pour ses produits de marque pour 2019, mais les négociations sur les marques de distributeur se poursuivent.

« Les négociations ont bien fonctionné sur les marques (accords avec Intermarché, Lidl, Carrefour et Système U, NDLR), mais nous ne sommes pas au bout du chantier sur les marques de distributeur (MDD) », a indiqué Damien Lacombe, président de la coopérative et producteur de lait dans l’Aveyron.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Les négociations ont bien fonctionné sur les marques (accords avec Intermarché, Lidl, Carrefour et Système U, NDLR), mais nous ne sommes pas au bout du chantier sur les marques de distributeur (MDD) », a indiqué Damien Lacombe, président de la coopérative et producteur de lait dans l’Aveyron.

Cap sur les marques de distributeur

« Nous sommes inscrits sur une montée en puissance sur trois ans, a-t-il ajouté. Pour cette année, notre objectif est d’aboutir, à l’issue des négociations, à une hausse sur les produits valorisés sur le marché intérieur de l’ordre de 20 €/1 000 litres. » En trois ans, la coopérative espère ainsi atteindre un tarif d’environ 380 €/1 000 litres de la part de la distribution.

Le président de la coopérative souligne qu’il y a « quand même eu un esprit États-généraux de l’alimentation (EGA) », au cours des négociations cette année, mais qu’« il faut aller plus loin sur les MDD ». D’autant plus que « lorsque les hausses sont actées en juin plutôt qu’en janvier » cela représente « six mois de perdus » pour les producteurs, relève-t-il.

La loi sur l’alimentation « devait permettre d’inverser le rapport de force » avec la grande distribution rappelle Damien Lacombe qui note que « tant que la DGCCRF tolérera que certains distributeurs détiennent 25 % du marché », la situation n’évoluera que trop peu. « De notre côté, nous sommes extrêmement combatifs et nous répercuterons évidemment la totalité de ces augmentations dans le prix du lait », affirme le président dans un communiqué paru le 24 mai.

Ristourne de 3 €/1 000 litres en 2019

D’après ce même communiqué, l’assemblée générale du 19 juin sera l’occasion, en plus d’expliquer les retombées des EGA, de présenter les comptes détaillés de la coopérative.

« Notre objectif, c’est de créer de la valeur pour notre lait notamment via notre règle de répartition du résultat, qui assure que deux tiers des bénéfices annuels sont redistribués aux producteurs. En 2019, cela représentera près de 3 €/1 000 litres supplémentaires », explique Damien Lacombe, avant de préciser que cette valeur est vouée à augmenter dans les années à venir grâce au plan stratégique #Value.

A. Courty, avec l’AFP
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER