S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Des verrous de la part des industriels »

réservé aux abonnés

 -
France OP lait, qui représente les organisations d’éleveurs laitiers, reproche aux industriels de la filière laitière de traîner des pieds pour intégrer les prix de revient des producteurs à leurs contrats-cadres. © L. Fabry Arly/Reportage

Pour la fédération d’organisations de producteurs de lait, France OP lait, les industriels bloquent les négociations sur les contrats-cadres.

« Tant que les conditions d’un accord équilibré entre les indicateurs de coût de production et des marchés des acheteurs ne sont pas réunies, il n’y a aucune raison pour que les organisations de producteurs (OP) cèdent », lance Loïc Adam, vice-président de France OP lait (FOPL). Pour la fédération d’OP, les négociations sur les avenants contractuels et les accords-cadres piétinent...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
41%

Vous avez parcouru 41% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Tant que les conditions d’un accord équilibré entre les indicateurs de coût de production et des marchés des acheteurs ne sont pas réunies, il n’y a aucune raison pour que les organisations de producteurs (OP) cèdent », lance Loïc Adam, vice-président de France OP lait (FOPL). Pour la fédération d’OP, les négociations sur les avenants contractuels et les accords-cadres piétinent car « les industriels tentent d’imposer une très nette prépondérance de leurs indicateurs de marché au détriment du prix de revient des producteurs de lait ».

Les OP restent mobilisées

Au fait que la loi portant sur l’alimentation et sa construction du prix du lait en marche avant (à partir des coûts de production, NDLR) sont de leur côté, la fédération ne compte pas céder aux demandes des industriels. En cas de déséquilibres ou de non-conformités des projets de contrats, le recours à la médiation est une issue toute désignée, et encouragée, par FOPL.

Pour Denis Berranger, président de la fédération, passer outre les requêtes des OP n’est plus une option pour les laiteries. « Les OP, (nouveaux) acteurs incontournables de la négociation commerciale, sont déterminées à obtenir une meilleure rémunération pour leurs adhérents ! »

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER