S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Évolution se fiance avec Masterrind et VikingGenetics

réservé aux abonnés

 - -->
Doses d’IA.Sur le papier, la nouvelle coopérative Arcowin pèse près de 12 millions de doses d’IA : 6 millions pour Évolution, 2,7 millions pour l’allemand Masterrind et 3,3 millions pour le scandinave VikingGenetics. © THIRIET Claudius

Europe. La première coopérative de dimension européenne dédiée à la sélection bovine est en germe. Reste à la construire.

Arcowin, coopérative de sélection bovine lait et viande est officiellement née le 1er décembre. Elle s’appuie sur quelque 53 000 éleveurs des entités qui la composent : Évolution, Masterrind et VikingGenetics, trois entreprises majeures respectivement en France, Allemagne et Scandinavie. Évolution, ce sont 6 millions de doses vendues dont 4 millions en France, Masterrind, 2,7 millions (1,7 en Allemagne),...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Arcowin, coopérative de sélection bovine lait et viande est officiellement née le 1er décembre. Elle s’appuie sur quelque 53 000 éleveurs des entités qui la composent : Évolution, Masterrind et VikingGenetics, trois entreprises majeures respectivement en France, Allemagne et Scandinavie. Évolution, ce sont 6 millions de doses vendues dont 4 millions en France, Masterrind, 2,7 millions (1,7 en Allemagne), et VikingGenetics, 3,3 millions (2,1 en Scandinavie).

Peser face à la holstein nord-américaine

Ce mariage répond à une problématique commune. « Nos structures sont confrontées au même défi pour l’avenir, explique Vincent Rétif, président d’Évolution. Notre activité d’IA en race laitière baisse de 2 à 3 % par an. En parallèle, nous assistons avec le sexage à un fort développement de croisement industriel, de 3 à 5 % par an. Nous faisons le pari que ce dernier pèsera, à terme, un tiers de notre activité. »

Dans ce contexte se pose donc la question du nombre d’IA permettant de financer les schémas en race pure… En holstein tout particulièrement, race motrice du nouvel ensemble, chaque entreprise travaillant bien d’autres races. D’où cette alliance, dans l’espoir de peser au niveau international, terrain où la génétique nord-américaine continue de donner le « la ». Condition sine qua non : proposer une génétique du plus haut niveau, à un prix compétitif. Le réservoir génétique holstein de ces trois acteurs réunis laisse envisager que cet objectif est à portée.

« Trouver un deal équilibré pour passer à la phase n° 2 »

Plutôt que de mariage, parlons de fiançailles. Il s’agira en effet pour ces associés, dans un premier temps, de réaliser un diagnostic de ce qu’il est utile ou pas de mettre en commun, d’identifier quels projets méritent des investissements en recherche et développement. Ce pourrait être, par exemple, la production de nouveaux index (efficacité alimentaire, santé…). La mise au point d’un index de synthèse européen holstein, pendant du TPI américain qui fait référence à l’international, pourrait être un autre axe de travail. Pour cela, il faudra harmoniser la récolte des données servant à génotyper de nouveaux caractères… un travail déjà bien entamé au sein d’EuroGenomics, consortium européen auquel Évolution, Masterrind et VikingGenetics participaient.

« Si nous trouvons un deal équilibré, nous passerons à la phase n° 2, celle de la mise en commun de moyens de production », explique Vincent Rétif. Le volet commercial constituerait la phase ultime. Mais on en est encore loin. Les acteurs se donnent deux ans pour la première étape. Si le projet aboutit, ce sera, demain, auprès d’Arcowin que les éleveurs lait et viande de la zone Innoval se fourniront en semences… et non plus d’Évolution.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER