S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’exportation de génisses booste la mécanique Umotest-Coopex

réservé aux abonnés

Les éleveurs du groupe coopératif Umotest-Coopex ne regrettent pas d’avoir pris leur destin en main, il y a quarante ans, pour valoriser leur génétique montbéliarde. En 1978, ils créent, via leur union des groupements de reproducteurs, Coopex, outil d’exportation de bétail vivant. Dix ans plus tard, Coopex force la main à Umotest pour qu’elle ne passe plus par Sersia, structure nationale sous l’égide de l&rsquo...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
32%

Vous avez parcouru 32% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les éleveurs du groupe coopératif Umotest-Coopex ne regrettent pas d’avoir pris leur destin en main, il y a quarante ans, pour valoriser leur génétique montbéliarde. En 1978, ils créent, via leur union des groupements de reproducteurs, Coopex, outil d’exportation de bétail vivant. Dix ans plus tard, Coopex force la main à Umotest pour qu’elle ne passe plus par Sersia, structure nationale sous l’égide de l’Unceia, pour exporter ses doses… mais par elle. Bien en a pris aux administrateurs Umotest de suivre cette voie.

Le résultat est là aujourd’hui. Au cours de l’exercice 2017-2018, Umotest-Coopex a vu son chiffre d’affaires bondir de 44 %, de 25 à 36 M€, et son résultat net plus que doubler, de 0,85 à 1,74 M€… Une somme ristournée à 87 % aux structures adhérentes. L’exportation de bétail (génisses montbéliardes et veaux sevrés) et de doses en est la clé. Ces deux activités pèsent les trois quarts du chiffre d’affaires du groupe, soit près de 27 M€. Au cours de cet exercice, l’activité d’exportation a progressé de près de 50 % sous l’effet d’une double croissance.

9 580 génisses gestantes exportées

Tirées par le développement du croisement Procross, les ventes de doses (678 000) ont augmenté de 5 %, à 4 M€. Et surtout les ventes d’animaux ont crû de 60 % grâce au boum du marché des génisses : 9 580  sont exportées par Coopex, soit 2 600 de plus que la moyenne des trois années précédentes. Et avec, aux dires de Coopex, des prix départ ferme stables, de 1 250 à 1 300 € pour des génisses gestantes de 3 mois.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER