S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Perspectives favorables sur le premier semestre de 2019 »

réservé aux abonnés

 -
© C. Faimali/GFA

D’après la conjoncture laitière publiée par le Cniel, l’interprofession laitière, ce vendredi 25 janvier 2019, l’assainissement du marché des produits laitiers offre des perspectives favorables pour la nouvelle année.

Les signaux sont actuellement au vert. D’après le Cniel, la baisse de la collecte en Europe depuis l’automne, de 3 à 5 % par mois pour la France comparativement à 2017, conjuguée à des stocks de poudre maigre quasi vides a permis de rééquilibrer l’offre et la demande sur le marché des produits laitiers.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
35%

Vous avez parcouru 35% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Les signaux sont actuellement au vert. D’après le Cniel, la baisse de la collecte en Europe depuis l’automne, de 3 à 5 % par mois pour la France comparativement à 2017, conjuguée à des stocks de poudre maigre quasi vides a permis de rééquilibrer l’offre et la demande sur le marché des produits laitiers.

Des prix à la consommation plus élevés

Les prix à la consommation pour les ménages en France ont globalement augmenté pour toutes les catégories de produits et notamment pour le beurre (+10 % en 2018). Les hausses sont plus modérées du côté du lait liquide, des fromages et des yaourts (moins de 3 %).

Alors que l’avenir semble s’éclaircir pour la filière, les répercussions sur le prix du lait ne sont pas encore clairement visibles. Le prix du lait standard conventionnel se situait à hauteur de 332 €/1 000 litres en novembre dernier contre 334,6 €/1 000 litres en 2017, selon Agreste. Les chiffres sur décembre et janvier ne sont pas encore disponibles.

Attention au Brexit

« Bien que les perspectives soient globalement favorables, la situation d’ensemble dépendra également du résultat des négociations avec la grande distribution qui se clôturent à la fin de février, et du contenu de l’accord final du Brexit. Le Royaume-Uni absorbe en effet l’équivalent de 3 % de la production laitière de la France », avertit toutefois Benoît Rouyer, directeur du service en charge de l’économie et du territoire au Cniel.

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER