S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

L’écornage : augmenter ses chances de réussite

réservé aux abonnés

 - -->
Quelques jours après l’écornage : plaie de cicatrisation avec des croûtes et du pus, jetage mucopurulent, hyperthermie à 40,2 °C. © G.bosquet

Vigilance. L’écornage des animaux adultes peut être source d’infections graves si des précautions ne sont pas prises. Il devrait rester exceptionnel.

Appelé pour une génisse de 24 mois qui a été écornée quelques jours auparavant, le diagnostic ne fait pas de doute : plaie de cicatrisation avec des croûtes et du pus, jetage mucopurulent, hyperthermie à 40,2 °C. Néanmoins, je réalise un examen complet : examen de l’arrière-main, absence de mammite même s’il s’agit d’une génisse, état d’engraissement correct...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Appelé pour une génisse de 24 mois qui a été écornée quelques jours auparavant, le diagnostic ne fait pas de doute : plaie de cicatrisation avec des croûtes et du pus, jetage mucopurulent, hyperthermie à 40,2 °C. Néanmoins, je réalise un examen complet : examen de l’arrière-main, absence de mammite même s’il s’agit d’une génisse, état d’engraissement correct, absence d’arthrite et de lymphangite, baisse de la rumination. L’auscultation cardiaque et respiratoire est normale et l’avant-main ne présente pas d’anomalies supplémentaires à celles déjà observées.

La discussion avec le client m’indique que seul un garrot a été mis en place au moment de l’écornage, puis retiré vingt-quatre­ heures après.

Que s’est-il passé ?

Lorsque la section est proche de la base de la corne, le sinus ouvert reste propice aux complications­ bactériennes, en particulier la sinusite, souvent présente d’un seul côté, et plus marquée à droite dans ce cas précis. L’écornage des animaux adultes devrait rester exceptionnel, en préférant celui réalisé sur des animaux jeunes. La sélection permise par le choix de taureau sans corne est une réelle opportunité qui contribue à supprimer ces opérations, dans lesquelles je sens les éleveurs bien mal à l’aise.

Il est préférable de ne pas écorner pendant la saison chaude, pour éviter que les mouches ne viennent pondre dans les sinus. En hiver, évitez les périodes froides, car la froidure et le vent favorisent les infections secondaires.

Contention et anesthésie sont indispensables

Une contention efficace est indispensable pour mener à bien cette opération. Il est nécessaire d’intervenir proprement, tant au niveau du matériel que de l’opérateur. La mise en place d’un garrot et son retrait au plus tard à vingt-quatre heures limitent le risque d’hémorragie.

La prise en charge de la douleur lors de l’écornage est indispensable, qu’il s’agisse de jeunes veaux ou d’animaux plus âgés. Cela correspond aux attentes des associations dites « réformistes  » qui, tout en acceptant l’élevage et la consommation de produits animaux, demandent une amélioration des pratiques lors des opérations de convenance, comme l’écornage et la castration.

Dans le cas présent, l’administration de 20 cm3 de solution de chlor­hydrate de procaïne dans la salière, de chaque côté, aurait réduit, voire supprimé, la sensibilité au bout de quinze minutes en moyenne. Cela est comparable à une anesthésie locale, que nous apprécions tous lors de soins dentaires. Attention, il faut éviter tout contact cutané direct avec la solution injectable, en lien avec le risque­ d’hyper­sensibilité chez certaines personnes. En cas de contact (il serait préférable de mettre des gants), rincez abondamment avec de l’eau.

Antibiothérapie locale

Si la coupe est réalisée à moins de 6 cm de la base de la corne, le sinus est généralement ouvert, surtout chez les animaux âgés. Il faut alors appliquer sur la section une antibiothérapie locale. Il existe de nombreuses spécialités efficaces sous forme de spray.

En cas de doute ou de difficultés opérationnelles, votre vétérinaire traitant pourra vous apporter des informations ou des formations pour vous affranchir de cette opération banale mais délicate.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Indisponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER