S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Le marché semble se stabiliser

réservé aux abonnés

Après la chute de 30 à 35 € semaine 15 à moins de 200 € /1 000 l, les prix ont été reconduits pour la semaine 16.

La cotation du lait Spot a peut-être atteint son point bas après avoir dégringolé de 30 à 35 € semaine 15 pour se négocier à moins de 200 € sur la moitié nord. Semaine 16, les prix ont été reconduits à 180 € / 1 000 l dans l’Ouest (départ quai usine, citerne de 25 000 l), 10 € de mieux dans l’est. Pour la moitié sud, les cours s’effritent...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
37%

Vous avez parcouru 37% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La cotation du lait Spot a peut-être atteint son point bas après avoir dégringolé de 30 à 35 € semaine 15 pour se négocier à moins de 200 € sur la moitié nord. Semaine 16, les prix ont été reconduits à 180 € / 1 000 l dans l’Ouest (départ quai usine, citerne de 25 000 l), 10 € de mieux dans l’est. Pour la moitié sud, les cours s’effritent en revanche un peu de 10 € à 190 € / 1000 1.

Alors que la production de lait est abondante, le challenge des entreprises est ces jours de limiter à tout prix de vendre sur ce marché Spot très déprécié. Sur le marché national la demande reste en effet très faible. On trouve néanmoins quelques PME ou PMI de taille régionale qui achètent un peu pour répondre, quand leurs chaînes de production le permettent, à la demande des GMS sur des produits de première nécessité. Cela vaut notamment sur des MDD pour des produits comme du lait UHT, du beurre plaquette et des yaourts basiques.

Sur la moitié sud, la demande en lait Spot pour le marché italien reste réduite. La fermeture de petites laiteries fabriquant des produits pour les marchés locaux et la mévente des filières fromagères AOP, font qu’il y a plus de lait disponible qu’à l’accoutumée pour les laiteries italiennes qui continuent à tourner. Les acheteurs espagnols sont ces derniers temps plus actifs que les Italiens dans cette zone.

Jean-Michel Vocoret

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER