S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La collecte accuse une nouvelle baisse en mai

réservé aux abonnés

 -
« En mai 2020, la collecte de lait est hétérogène d’un bassin à l’autre », indique Agreste dans sa dernière note de conjoncture, publiée le 13 juillet 2020. © C. Faimali/GFA

En France, la collecte de lait de vache affichait un recul de 1,9 % en mai 2020 par rapport à mai 2019, selon les derniers chiffres du ministère de l’Agriculture. Les mesures mises en place pour lutter contre la pandémie de coronavirus s’ajoutent à la sécheresse printanière, qui avait déjà freiné la production au mois d’avril.

« En cumul de janvier à mai, le volume collecté s’élève à 10 513 millions de litres, en hausse de 0,9 % par rapport à l’an passé », rapporte Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides diffusée le 13 juillet 2020.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« En cumul de janvier à mai, le volume collecté s’élève à 10 513 millions de litres, en hausse de 0,9 % par rapport à l’an passé », rapporte Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture dans sa note d’Infos rapides diffusée le 13 juillet 2020.

En mai 2020, « la collecte de lait de vache recule dans tous les bassins, notamment dans le bassin Sud Ouest (–5,2 %), excepté dans le bassin Grand Est où elle progresse lentement (+0,8 %) et le bassin Centre (+1,3 %) », détaille l’organisme.

> À lire aussi : Sécheresse, la collecte de lait de vache a réculé en avril (18/06/2020)

Recul global du prix du lait standard

Sur le cinquième mois de l’année, le prix du lait standard (TB 38 g/l ; TP 32 g/l) conventionnel (hors bio et AOP/IGP) baisse de 2,0 % sur un an pour s’établir en moyenne à 320 €/1 000 litres. Concernant le lait de vache bio, le prix standard s’élève à 416 €/1 000 litres sur la même période, en hausse de 8 €/1 000 litres par rapport à mai 2019.

Tous types de lait confondus (conventionnel, bio et AOP/IGP), « le prix standard s’établit à 338 €/1 000 litres, en retrait de 1,3 % par rapport à l’an passé, indique Agreste. Le prix à teneurs réelles recule de 2,4 %, évalué à 357 €/1 000 litres. »

« Les fabrications orientées à la baisse »

Concernant les produits industriels, « les fabrications de matières grasses reculent de 4,3 % et celles du séchage de poudre de lait de 10,9 %. Les fabrications de caséines et caséinates progressent de 1,3 % et celles de poudre de babeurre de 1,6 %, tandis que celles de poudre de lactosérum reculent de 4,3 % », poursuit le service du ministère de l’Agriculture.

S’agissant des produits frais, « les fabrications de lait conditionné progressent de 3,3 % sur un an, tandis que celles de yaourts et desserts lactés reculent de 2,4 % et celles de crème conditionnée de 8,1 % », complète Agreste.

En fromages, la plupart affiche des productions en retrait. « Les fabrications de fromages frais reculent de 2,8 %, celles de fromages à pâte molle de 5,2 %, mais les baisses sont plus marquées pour les fabrications de fromages à pâte pressée non cuite (–13,1 %), celles des fromages à pâte persillée (–5,8 %) ou encore celles de fromages à pâte filée en baisse de 27,5 % », informe Agreste.

Lucie Pouchard

La collecte de lait de chèvre en hausse, celle de brebis en retrait

En mai 2020, « la collecte de lait de chèvre progresse de 3,2 % sur un an tandis que celle de lait de brebis recule de 6,3 % », renseigne Agreste, dans sa note de conjoncture publiée le 13 juillet.

Sur la même période, les fabrications de lait de chèvre conditionné affichent une hausse de 30,5 % sur un an et celles de yaourts et lait fermentés augmentent de 7,2 %. « Les fabrications de fromages pur chèvre restent stables (+0,4 %) et les fabrications de bûchettes progressent de 6,6 % », rapporte le service du ministère de l’Agriculture.

Des fabrications de fromages au lait de brebis hétérogènes

S’agissant des fabrications de fromages de lait de brebis, « elles sont très disparates par rapport à mai 2019, fait savoir Agreste. Celles de fromages pur brebis baissent de 6 % et celles de roquefort reculent de 20,2 % tandis que les fabrications d’ossau iraty progressent de 12,4 % et celles des autres pâtes pressées non cuites de 2,7 %. »

La collecte de lait de chèvre en hausse, celle de brebis en retrait

En mai 2020, « la collecte de lait de chèvre progresse de 3,2 % sur un an tandis que celle de lait de brebis recule de 6,3 % », renseigne Agreste, dans sa note de conjoncture publiée le 13 juillet.

Sur la même période, les fabrications de lait de chèvre conditionné affichent une hausse de 30,5 % sur un an et celles de yaourts et lait fermentés augmentent de 7,2 %. « Les fabrications de fromages pur chèvre restent stables (+0,4 %) et les fabrications de bûchettes progressent de 6,6 % », rapporte le service du ministère de l’Agriculture.

Des fabrications de fromages au lait de brebis hétérogènes

S’agissant des fabrications de fromages de lait de brebis, « elles sont très disparates par rapport à mai 2019, fait savoir Agreste. Celles de fromages pur brebis baissent de 6 % et celles de roquefort reculent de 20,2 % tandis que les fabrications d’ossau iraty progressent de 12,4 % et celles des autres pâtes pressées non cuites de 2,7 %. »

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER