S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des revenus en hausse en 2018, en moyenne

réservé aux abonnés

 - -->

Disparités. Les revenus atteignent leur meilleur niveau depuis cinq ans. Sauf dans les régions touchées par la sécheresse.

Dans le cadre du réseau Inosys­, Idele­ suit 500 élevages laitiers, en partenariat avec les chambres d’agriculture dans tous les bassins de production français. Le suivi des résultats donne des indications sur les tendances françaises, même s’il n’est pas tout à fait représentatif. Les fermes considérées sont en effet plus grandes et plus productives que la moyenne.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
24%

Vous avez parcouru 24% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Dans le cadre du réseau Inosys­, Idele­ suit 500 élevages laitiers, en partenariat avec les chambres d’agriculture dans tous les bassins de production français. Le suivi des résultats donne des indications sur les tendances françaises, même s’il n’est pas tout à fait représentatif. Les fermes considérées sont en effet plus grandes et plus productives que la moyenne.

Les résultats 2018 sont maintenant définitifs. On y voit une poursuite de l’agrandissement des troupeaux qui conduit, en lien avec la hausse du prix du lait, à une augmentation du produit lait. Ceux qui produisent des céréales ont également bénéficié d’une conjoncture favorable. La productivité du travail reste en progression régulière, car la main-d’œuvre totale est stable. Elle est un peu moins familiale et un peu plus salariée.

Les charges repartent à la hausse après avoir été stables en 2017. « Cette augmentation, tirée par les prix de l’énergie, est conjoncturelle, » analyse Yannick Péchuzal­, à Idele­. Malgré tout, en moyenne, les revenus atteignent le niveau le plus élevé observé sur les cinq dernières années, grâce aux hausses du prix du lait et de la productivité du travail­. « Ils s’établissaient à 25 000 €/UMO en 2014, une très bonne année. Ils atteignent 30 000 € en 2018 », précise Yannick Péchuzal­. Dans l’ensemble, les investissements réalisés ces dernières années commencent enfin à payer.

Les tendances devraient être assez proches en 2019

Mais ces moyennes cachent des écarts importants selon les régions. L’Est, le Centre et le Massif central ont une nouvelle fois souffert de la sécheresse, ce qui pèse sur les revenus. Il a fallu taper dans les stocks, voire acheter du fourrage pour nourrir les animaux. Le prix du lait a incité les éleveurs à maintenir leur production, quitte à alourdir le coût alimentaire.

Les tendances 2019 seront connues début mars. Elles ressembleront à celles de 2018, avec un prix du lait assez favorable, mais toujours un impact de la sécheresse en montagne et dans les plaines du Nord-Est. La conjoncture a été moins bonne pour les céréales.

Pascale le Cann
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER