S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les AOP et IGP laitières ont gagné du terrain en 2019

réservé aux abonnés

 -
Entre 2018 et 2019, les ventes de Salers ont bondi de 15,7 %. © Claudius Thiriet

Les ventes de produits laitiers bénéficiant d’une indication géographique ont progressé de 3,3 % en valeur entre 2018 et 2019. Plus de 20 000 producteurs laitiers et fermiers vivent de cette production, mais l’année 2020 risque bien de donner un coup d’arrêt à cette croissance.

D'après l’état des lieux publié par le Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol) le 6 octobre, les ventes de produits laitiers sous AOP et IGP ont progressé en 2019, aussi bien en volume (+1,3% par rapport à 2018) qu’en valeur (+3,3% par rapport à 2018). En l’espace de dix ans, les ventes de produits laitiers estampillés AOP ont grimpé de 12,2 % en volume. Du côté des IGP laitiè...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
14%

Vous avez parcouru 14% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

D'après l’état des lieux publié par le Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol) le 6 octobre, les ventes de produits laitiers sous AOP et IGP ont progressé en 2019, aussi bien en volume (+1,3% par rapport à 2018) qu’en valeur (+3,3% par rapport à 2018). En l’espace de dix ans, les ventes de produits laitiers estampillés AOP ont grimpé de 12,2 % en volume. Du côté des IGP laitières, la croissance atteint 31,2 % depuis 2014.

La crise sanitaire et économique survenue en 2020, caractérisée par une fermeture partielle de la restauration hors foyer et des rayons à la coupe, risque bien de briser cette dynamique.

> A lire aussi : Crise, les appellations laitières ne sont pas sorties d’affaire (16/07/2020)

Légère perte de vitesse pour le Comté

Entre 2018 et 2019, sur le lait de vache sous AOP, seule la catégorie des fromages à pâte pressée cuite enregistre un repli des volumes commercialisés. Le popularité croissante de l’Abondance (+5 %) ne compense pas le léger repli observé sur le Comté et le Beaufort (− 3,5 %).

Dans les autres familles de fromages, le Brie de Melun (−4,1 %), le Cantal (−3,6 %), le Livarot (−1,9 %), la Tome des Bauges (−1,5 %) et le Munster (−1,2 %) connaissent le même sort. A l’inverse, le Salers (+15,7 %), la Fourme de Montbrison (+11,5 %), le Laguiole (+11,2 %) et l’Epoisses (+8,1 %) enregistrent les plus belles progressions.

Sur dix ans, entre 2009 et 2019, les constats changent légèrement. Parmi les pontes des AOP laitières, le Munster (−21,7 %), le Bleu d’Auvergne (−18,2 %), le Pont-l’Evêque (−15,5 %) et le Cantal (−14,6 %) s’essoufflent. Tandis que l’Abondance (+65,7 %), le Morbier (+41 %), le Camembert de Normandie (+34,3 %), le Mont-d’Or (+31,5 %), l’Epoisses (+28,3 %), le Comté (+22,7 %) et le Beaufort (+14,4 %) séduisent toujours plus.

Popularité croissante des fromages de chèvre

Du côté des fromages sous AOP au lait de brebis, les ventes sont restées stables entre 2018 et 2019 mais ont perdu 2 % sur dix ans. La popularité de l’Ossau-Iraty (+52,9 % par rapport à 2009) ne suffit plus à compenser la perte de vitesse du Roquefort (−10,5 %). En lait de chèvre, les ventes sont également stables entre 2018 et 2019 mais la progression se chiffre à 11 % depuis 2009. Le trio de tête composé du Rocamadour (+17,4 % par rapport à 2009), du Sainte-Maure de Touraine (+40,9 %) et du Selles-sur-Cher (+7 %) porte cette croissance.

Si la quantité de fromages sous AOP commercialisée reste finalement stable entre 2018 et 2019, les ventes de beurres et crèmes sous AOP et AOC ont respectivement augmenté de 5,5 % et 12,5 %.

Sur les IGP, les fromages et la crème ont le vent en poupe. La raclette de Savoie (+14,2 %), le Brillat-Savarin (+10,5 %) et la Tomme des Pyrénées (+6,8 %) connaissent les plus fortes croissances entre 2018 et 2019. L’Emmental de Savoie recule légèrement (−2,3 %).

Deuxième producteur européen, derrière l’Italie

« En 2017, la production totale de fromages sous indication géographique (IG) ou STG dans l’UE s’élève à 1,2 million de tonnes et représente 9,03 milliards d’euros de ventes, contextualise le Cnaol. Il s’agit de fromages sous AOP à plus de 80 %. »

La France est le deuxième plus gros producteur européen de fromages sous IG, derrière l’Italie et devant les Pays-Bas. L’Italie concentre 44 % du chiffre d’affaires européen, grâce notamment au Parmigiano Reggiano et à la Mozzarella di Bufala Campana. La France pèse pour 21 % des ventes du vieux continent. Enfin, les Pays-Bas représentent 17 % des ventes, faisant suite à l’enregistrement du Gouda Holland en tant qu’IGP en 2010.

Alexandra Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER