S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Ça bataille toujours entre l’OPLGO et Lactalis

réservé aux abonnés

 - -->
Prix plancher. Pour le lait valorisé dans les marques nationales de Lactalis (60 % de ses PGC France) comme Lactel, l’OPLGO demande un prix plancher de 350 € (38/32). © Stéphane Leitenberger
Le bras de fer n’est pas terminé entre l’OPLGO et Lactalis. Au cœur du litige, encore et toujours, comme depuis des mois, les indicateurs de marché des PGC France, PGC export et produits industriels, reflétant le mix-produit de Laval (respectivement 50,30 et 20 %) et qui détermineront le prix de base.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
25%

Vous avez parcouru 25% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Le bras de fer n’est pas terminé entre l’OPLGO et Lactalis. Au cœur du litige, encore et toujours, comme depuis des mois, les indicateurs de marché des PGC France, PGC export et produits industriels, reflétant le mix-produit de Laval (respectivement 50,30 et 20 %) et qui détermineront le prix de base.

« Sans ce blocage, l’accord-cadre qui, à cette exception près, est finalisé, aurait déjà pu être signé », note Jean-Michel Yvard, président de l’OPLGO.

Sur le papier, les revendications de l’OP apparaissent logiques, dans la veine des EGA. Mais le médiateur sera-t-il prêt à contrarier un Lactalis, vu son poids dans l’économie nationale ? Rien n’est moins sûr.

« On aurait dû être payés 6 € de plus en août et septembre »

Ces revendications se focalisent sur les PGC France directement concernés par la loi. Pour les 60 % de marques nationales (Président, Lactel…) qui pèsent dans les PGC France de Lactalis, l’OPLGO demande un prix plancher de 350 € (38/32). Et pour les 40 % restants – les MDD –, elle veut un prix évoluant en fonction de l’indice PVI des PGC France, hors marques nationales, qui traduit les prix de vente sorti usine déclarés à l’Insee. Soit pour une valorisation permise du prix du lait de 328 €/1 000 l en 2015 (base 100), un 338 € aujourd’hui. « Sur cette base, Lactalis aurait dû nous payer en août et septembre derniers, 6 à 7 € de mieux », estime le président.

Indicateur PGC export à revoir

Pour les PGC export, l’OP n’admet pas non plus de se caler, comme voulu par Lactalis, sur le seul prix du lait allemand. Et cela à juste titre, puisqu’il reflète la moyenne de Landers, très orientés produits ind­ustriels dans le nord de l’Allemagne, très PGC dans le Sud. En 2018 par exemple, le sud de l’Allemagne (Bavière et Bade-Würtemberg) a en moyenne payé le lait 16 à 20 € de plus (352-356 €/1 000 1 en 38/32) que la moyenne nationale (336 €). Il y a là un biais évident pour apprécier le niveau de valorisation des PGC export.

Jean-Michel Vocoret
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER