S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Fin du lait « aux 1000 vaches » : Milcobel a bon dos

réservé aux abonnés

 - -->
Sociétaire. Milcobel ne ramassera plus le lait de la ferme des « 1 000 vaches »… Une décision qui n’est pas le fait de la coopérative belge, dont elle était sociétaire, et qui n’a jamais eu l’intention de casser son contrat coopératif. © Cédric FAIMALI

Collecte. Si le groupe Ramery jette l’éponge, c’est à cause de l’impasse juridique et économique dans laquelle se trouve la ferme des « 1 000 vaches »… Pas de Milcobel, qui n’a jamais songé à la lâcher.

Clap de fin aux « 1 000 vaches », propriété du groupe Ramery. Sa responsable communication a annoncé l’arrêt du lait au 1er janvier. « Au bout de six ans de procédures, nous ne savons toujours pas quand nous pourrons atteindre la taille de 1 000 vaches, seuil de rentabilité du projet. Si nous avions eu une pers­pective, nous n’aurions pas arrêté. S’ajoutent deux autres raisons...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
18%

Vous avez parcouru 18% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Clap de fin aux « 1 000 vaches », propriété du groupe Ramery. Sa responsable communication a annoncé l’arrêt du lait au 1er janvier. « Au bout de six ans de procédures, nous ne savons toujours pas quand nous pourrons atteindre la taille de 1 000 vaches, seuil de rentabilité du projet. Si nous avions eu une pers­pective, nous n’aurions pas arrêté. S’ajoutent deux autres raisons. Milcobel, notre collecteur, nous a fait savoir qu’il fallait réfléchir à son désengagement à terme. Or, aucune autre laiterie française ne nous a jamais soutenus. Sous la pression des GMS, elles se sont toujours refusé à prendre notre lait. » Le discours, bien rodé, a été repris à l’unisson dans tous les médias. Pourtant, tout n’est pas aussi limpide.

Aucune visibilité juridique

Le manque de visibilité sur la date à laquelle aurait pu être atteint le seuil de 1000 vaches sur la base duquel le modèle économique a été réfléchi est une évidence. La responsabilité en incombe à l’État et à la préfecture de la Somme. Ils ont joué la montre, face au groupe Ramery obligé de renflouer l’activité lait avec ses 20 salariés. En tout état de cause, après la décision, fin 2019, de la cour d’appel de Douai de casser le jugement du tribunal d’Amiens (qui, de facto, autorisait les « 1 000 vaches » à en détenir au maximum 880), la préfecture aurait dû réparer son manquement dans la procédure et organiser, cinq ans après, une réunion du Coderst (1). Fort de son avis consultatif, elle aurait pu alors statuer sur ces 880 vaches. Il n’en a rien été. L’arrivée de Barbara Pompili au ministère de la Transition écologique, hier députée de la Somme et farouche opposante aux « 1 000 vaches », n’a pas mis de l’huile dans les rouages.

La prime volumes Milcobel divisée par deux, rien d’autre

Milcobel en revanche, comme l’explique, Eddy Leloup, son responsable collecte, « n’a jamais eu l’intention de ne plus y ramasser le lait ». Tout comme elle n’a aucune intention de casser les contrats coopératifs de ses autres sociétaires français. Oui, Milcobel a changé de stratégie pour en finir avec la course aux volumes. Oui, elle ne fait pas de difficultés à ceux qui veulent la quitter.

Mais la coopérative n’a poussé personne dehors. Elle vient de décider de baisser de 50 % sa prime quantité… un manque à gagner de 85 000 € par an pour les 8,5 Ml des « 1 000 vaches », qui émargeaient au bonus de 21,1 €/1 000 l. Ajoutons-y un prix du lait au ras des pâquerettes depuis le printemps, des problèmes techniques très coûteux sur le troupeau (antibiotiques dans le lait)… la pilule commençait à être dure à avaler pour le successeur de celui qui avait rêvé et porté ce projet, feu Michel Ramery.

Jean-Michel Vocoret

(1) Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques.

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le bovin malade et sa prise en charge

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER