S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La double peine pour les appellations laitières

réservé aux abonnés

 -
© J. Chabanne

Le Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol) en appelle à la « responsabilité » des distributeurs afin de préserver la pluralité de l’offre fromagère dans les linéaires en cette période de crise sanitaire.

« L’appauvrissement alimentaire guette les rayons des grandes surfaces, s’inquiète le Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol) dans un communiqué publié le 23 mars 2020. Bien que les moyens de production soient opérationnels, les transformateurs laitiers de toutes régions de France notent une baisse très importante des commandes. »
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
20%

Vous avez parcouru 20% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« L’appauvrissement alimentaire guette les rayons des grandes surfaces, s’inquiète le Conseil national des appellations d’origine laitières (Cnaol) dans un communiqué publié le 23 mars 2020. Bien que les moyens de production soient opérationnels, les transformateurs laitiers de toutes régions de France notent une baisse très importante des commandes. »

Moins de commandes

L’actuelle pandémie de coronavirus Covid-19 n’épargne pas les filières agricoles. Si la collecte laitière est pour l’heure garantie sur l’ensemble du territoire, la filière AOP est la cible « de certains distributeurs jugeant que ces produits ne sont pas de première nécessité ». De plus, 38 % des fromages AOP sont commercialisés au rayon à la coupe. « Or ces rayons sont fortement réduits, voire fermés. »

Assurer la pérennité de la filière

Avec ses 50 fromages, beurres et crèmes, la filière AOP se veut synonyme de plaisir et de qualité pour les consommateurs. Elle se veut également garante d’un « pan de l’économie de nos régions et de nos territoires déjà défavorisés », insiste Michel Lacoste, le président du syndicat. Il en va du revenu de quelque 53 000 acteurs, incluant 17 500 éleveurs et 1 200 producteurs fermiers.

C’est sous le poids de ces enjeux que le Cnaol en appelle à la « responsabilité » des distributeurs et de l’Administration pour maintenir les appellations laitières et leur diversité dans les magasins et « permettre à chacun de mieux vivre cette situation ». Alors comme dit l’éleveur internaute Guillaume Mollard : « Faites fondre du fromage sur vos pâtes ! »

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER