S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Tensions sur l’approvisionnement

réservé aux abonnés

 -
Le beau temps et le coronavirus ont provoqué une ruée chez les fournisseurs d’approvisionnement agricole. © Michel Gasarian

Le coronavirus bouleverse l’économie française et n’épargne pas le monde agricole. Les agriculteurs ont jusqu’alors pu s’approvisionner mais les coopératives et négoces n’ont aucune certitude pour les prochaines semaines.

Selon Patrick Aps, directeur général de Natup, la journée de lundi 16 mars 2020 a vu la conjonction de deux phénomènes : le retour du beau temps et la progression du coronavirus. Cela a entraîné un vent de panique chez les agriculteurs qui se sont rués vers leurs fournisseurs pour sécuriser leur approvisionnement en intrants.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
11%

Vous avez parcouru 11% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Selon Patrick Aps, directeur général de Natup, la journée de lundi 16 mars 2020 a vu la conjonction de deux phénomènes : le retour du beau temps et la progression du coronavirus. Cela a entraîné un vent de panique chez les agriculteurs qui se sont rués vers leurs fournisseurs pour sécuriser leur approvisionnement en intrants.

Pas de rupture pour l’instant

Interrogé sur l’avenir des approvisionnements de Natup, le directeur général ne peut faire aucune prévision. « Pour le moment, pas de rupture » mais la situation évolue jour par jour, presque heure par heure. « Malgré tout, on est sur le sujet en permanence. »

« C’est très tendu, mais il n’y a pas de pénurie pour l’instant, confirme Philippe Ballanger, directeur de terrain de la coopérative Océalia en Nouvelle-Aquitaine. Nous continuons à livrer les commandes de morte-saison. Pour les besoins liés au contexte sanitaire des parcelles, nous demandons aux agriculteurs d’appeler le responsable de site afin de caler un rendez-vous. » Aucun des sites de la coopérative n’est fermé à ce jour mais les horaires sont aménagés. « Si l’épidémie venait à s’étendre en Nouvelle-Aquitaine, avec du personnel malade dans les prochains jours, nous serions obligés de fermer des dépôts avec le risque de ne pas pouvoir tenir nos engagements envers les adhérents. »

Des manques sur certains insecticides pour le colza

Hervé Courte, directeur général de la coopérative Île-de-France Sud, explique de son côté : « Nous avions chargé nos dépôts de façon importante car nous savions que, dès que les conditions seraient bonnes, les agriculteurs, bloqués depuis plusieurs semaines à cause des mauvaises conditions climatiques, allaient venir s’approvisionner en nombre. En une seule journée, on a sorti l’équivalent d’un mois d’appros ! Le coronavirus n’a fait qu’accélérer les choses. » Il observe des manques pour certains insecticides sur colza, du fait de la pression des méligèthes, mais « ils sont facilement substituables. » Pour les semences de maïs, l’agriculteur ne repart pas forcément avec la variété initialement choisie s’il s’y est pris au dernier moment après un retournement de parcelle notamment.

Les big-bags et le transport, deux points à surveiller

« Ce qui nous préoccupe, ce ne sont pas les intrants mais les contenants, et en particulier les big-bags qui proviennent majoritairement de la Pologne », précise également Patrick Aps, qui évoque la possibilité de faire plus de vrac.

Autre point à surveiller : le transport international. Les infrastructures de service (restaurant, hôtel…) pour les routiers étant majoritairement fermés, certains chauffeurs ne veulent plus se déplacer.

Le gouvernement vient cependant de prendre des mesures pour résoudre ce problème.

« Si le transport tombe, tout tombe », alerte Philippe Ballanger. Pour l’instant, l’approvisionnement en produits d’agrofourniture (engrais, phytos, semences) depuis les sites de fabrication vers les sites de distribution ne connaît pas trop de difficulté. « Mais nous sommes tributaires du transport routier, s’inquiète Philippe Ballanger. Et c’est très compliqué depuis deux jours. »

Craintes sur le réapprovisionnement

La fermeture potentielle de certains sites de production de phytos ou d’engrais inquiète aussi les opérateurs, avec les conséquences que cela pourrait poser en ce qui concerne le réapprovisionnement en cours de campagne. Le manque de disponibilité en molécules pour formuler les produits phyto est un autre problème soulevé.

Concernant le conseil de terrain, les tours de plaine sont maintenus mais les conseillers le font seuls et transmettent un compte-rendu à l’agriculteur. « Les outils de traçabilité des préconisations sont assurés », explique Philippe Ballanger.

R d’Hardivilliers et I. Escoffier
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER