S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Des menaces pèsent sur la méthanisation

réservé aux abonnés

 - -->
Emballement. 1 335 unités de méthanisation sont en projet, dont 1 085 en injection de biométhane. © D. Grémy
Il existe aujourd’hui environ 800 méthaniseurs en France, dont 600 sont d’origine agricole (en individuel ou collectif). Ce sont majoritairement des unités en cogénération (production d’électricité et de chaleur). Mais d’après le ministère de la Transition écologique, plus de 1 300 installations sont actuellement en projet. Une envolée qui concerne surtout des installations d’injection de biomé...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
22%

Vous avez parcouru 22% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Il existe aujourd’hui environ 800 méthaniseurs en France, dont 600 sont d’origine agricole (en individuel ou collectif). Ce sont majoritairement des unités en cogénération (production d’électricité et de chaleur). Mais d’après le ministère de la Transition écologique, plus de 1 300 installations sont actuellement en projet. Une envolée qui concerne surtout des installations d’injection de biométhane (plus de 80 %), des unités souvent de plus forte puissance que celles en cogénération, et surtout beaucoup plus rentables, avec une vente de 80 % de l’énergie produite. L’injection est aussi plus attractive depuis que les opérateurs gaziers prennent en charge 40 % du coût du raccordement.

Baisse des soutiens

Mais l’État a dans ses cartons un projet de baisse importante du tarif de rachat du biométhane. Le premier a été retoqué par le Conseil supérieur de l’énergie en septembre dernier. Les agriculteurs méthaniseurs de France (AAMF) dénonçaient notamment un tarif qui menaçait les « petits » projets d’origine agricole et favorisait les sites industriels. Mais la contrainte budgétaire finira par s’imposer, et les pouvoirs publics souhaiteraient qu’à l’image du photovoltaïque, le développement de la méthanisation s’accompagne d’une baisse des coûts, donc du soutien de l’État. L’AAMF rappelle que les coûts d’un terrassement ou du béton nécessaire à une unité ne seront jamais revus à la baisse. Quant aux coûts d’exploitation, ils grimpent.

Pénurie de biomasse

Le marché des biodéchets s’est inversé : sources de revenu il y a quelques années, il faut désormais les payer. Après plusieurs années de sécheresse, les Cive (cultures intermédiaires à vocation énergétique) ne suffisent plus et certaines installations sont en pénurie de biomasse. L’afflux de nouveaux projets inquiète aussi les agriculteurs méthaniseurs.

« Beaucoup se feront sur des cultures car il n’y aura pas de biodéchets et d’effluents d’élevage pour tout le monde », avertit Francis Claudepierre, président de l’AAMF. Son association défend une méthanisation vertueuse, complémentaire de l’élevage et en équilibre avec le territoire. Une cohérence importante à mettre en avant, quand il faut faire face à des oppositions de plus en plus virulentes de collectifs ou de riverains.

Dominique Grémy
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER