S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Louer son atelier de transformation laitière

réservé aux abonnés

 -
Thierry Cotillard, président d’Intermarché, et André Bonnard, éleveur laitier à l’initiative du lancement de « Né d’une seule ferme ». © A. Courty/GFA

Le Salon international de l’agriculture est le siège du lancement officiel de la start-up « Né d’une seule ferme » qui propose aux éleveurs intéressés l’installation temporaire d’une yaourterie préfabriquée sur leur exploitation.

La start-up « Né d’une seule ferme », publiquement lancée le 24 février 2020 au Salon international de l’agriculture de 2020, propose la location d’une unité de fabrication de yaourts d’une capacité de 50 000 litres de lait par an à raison d’un loyer de 1 200 € par mois. L’initiative est portée par André Bonnard, ex-secrétaire général de la...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
30%

Vous avez parcouru 30% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

La start-up « Né d’une seule ferme », publiquement lancée le 24 février 2020 au Salon international de l’agriculture de 2020, propose la location d’une unité de fabrication de yaourts d’une capacité de 50 000 litres de lait par an à raison d’un loyer de 1 200 € par mois. L’initiative est portée par André Bonnard, ex-secrétaire général de la Fédération nationale des producteurs de lait (FNPL).

Faciliter les démarches administratives

Se lancer dans un projet de transformation de produits laitiers à la ferme n’est pas chose aisée. « Notre modèle permet de faciliter les démarches administratives et l’installation du matériel, explique André Bonnard. C’est du clé-en-main. » Un cursus de formation est également proposé.

La première yaourterie sera mise en place après le salon et six autres unités sont en production. « L’objectif est d’arriver à 50 installations sur l’ensemble du territoire à la fin de 2020 », ajoute André Bonnard. Le modèle locatif a été préféré à la vente définitive pour « coller aux phases de vie successives des exploitations ». À terme, de nouvelles installations devraient élargir la gamme de produits laitiers proposés.

Relancer le secteur du yaourt

Vente directe et fourniture en restauration hors foyer mises à part, ce projet s’est fait en partenariat national avec le groupe Intermarché/Netto. Sur la valeur TTC des produits, 60 % reviendra directement aux producteurs. « Une fois le modèle bien installé, nous nous réjouirons de l’ouverture de la démarche aux autres enseignes », concède Thierry Cotillard, président du groupe de distribution, convaincu que ce genre d’initiative « saine et en circuit court » peut relancer le fragile secteur du yaourt.

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER