S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Les coopératives laitières ont répondu présentes »

réservé aux abonnés

 -
Damien Lacombe, président de La coopération laitière, mise sur les négociations commerciales sur les marques de distributeur (MDD) pour redresser la barque. © C. Faimali/GFA

Le confinement a occasionné de lourdes pertes économiques pour les coopératives françaises, mais les fondations tiennent. Le bon déroulement des négociations commerciales sur les marques de distributeur (MDD) s’affiche néanmoins comme « crucial » pour la pérennité d’une filière fragilisée.

« Si les semaines que nous venons de vivre ont su révéler, une fois de plus, la force et la résilience de notre modèle et des coopératives laitières, les résultats des négociations commerciales en cours sur les produits de marques de distributeur (MDD) seront déterminants pour l’avenir », lance La Coopération laitière dans un communiqué publié ce jeudi 11 juin 2020.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
23%

Vous avez parcouru 23% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

« Si les semaines que nous venons de vivre ont su révéler, une fois de plus, la force et la résilience de notre modèle et des coopératives laitières, les résultats des négociations commerciales en cours sur les produits de marques de distributeur (MDD) seront déterminants pour l’avenir », lance La Coopération laitière dans un communiqué publié ce jeudi 11 juin 2020.

Un gros manque à gagner

Pendant le confinement, le chamboulement des débouchés aurait occasionné des pertes économiques majeures pour les coopératives laitières françaises. Le syndicat rapporte ainsi des ventes en repli de 38 % à l’exportation, 31 % avec la restauration hors domicile, ou encore 44 % auprès de l’artisanat commercial. Des pertes que les ventes en grande distribution n’ont qu’en partie compensées, d’autant que certains produits n’ont pas profité de cette ruée vers l’or. « La moitié des filières des sAOP et IGP ont dû recourir à des dons alimentaires pour éviter de jeter des produits », indique notamment La Coopération laitière.

L’achat d’équipements de protection individuelle, la hausse des fréquences de nettoyage, les frais de stockage et les primes de reconnaissance versées aux employés sont également venus alourdir les comptes.

> À lire aussi : Crise du coronavirus, ils sont célèbres et ils soutiennent les fromages sous AOP (15/05/2020)

Redresser la situation

« Pendant toute cette période troublée, les coopératives laitières ont répondu présentes. Elles ont su se réorganiser pour continuer à produire et à nourrir les Français. […] Il n’en reste pas moins que les répercussions tant économiques que sociales sont réelles, insiste Damien Lacombe, président de La Coopération laitière. Nous serons extrêmement vigilants sur la manière dont vont se dérouler les négociations commerciales sur les MDD. »

Des négociations considérées comme un véritable et indispensable « levier de reprise » pour la filière. Si l’année débutait sur de bonnes bases, le syndicat espère que la crise ne viendra pas contrarier les contrats encore en discussion.

> À lire aussi : Lait : « Au global, il n’y a pas de problèmes de débouchés » (14/05/2020)

A. Courty
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER