S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Eurial écoule son excédent de collecte sur le marché Spot

réservé aux abonnés

 -
Les ventes en GMS ne compensent pas la chute de la restauration hors foyer. C.Hue

La branche lait du groupe coopératif Agrial encourage ses adhérents à souscrire au plan de réduction des volumes du Cniel, accepté par Bruxelles.

Eurial collecte dans l’année 2,4 milliards de litres. Un milliard de litres est en contrat de collecte avec Savencia et 1,4 milliard de litres sont transformés à 65 % par la branche lait d’Agrial en mozzarella, caséines et poudres de lait. « Face à l’export réduit à peau de chagrin, nous congelons la moitié de notre fabrication de mozzarella, indique Pascal Lebrun, le président d’Eurial...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
29%

Vous avez parcouru 29% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Eurial collecte dans l’année 2,4 milliards de litres. Un milliard de litres est en contrat de collecte avec Savencia et 1,4 milliard de litres sont transformés à 65 % par la branche lait d’Agrial en mozzarella, caséines et poudres de lait. « Face à l’export réduit à peau de chagrin, nous congelons la moitié de notre fabrication de mozzarella, indique Pascal Lebrun, le président d’Eurial. Nous avons augmenté nos ventes de produits frais de 10 %, celles de beurres et crèmes de 20 % et celles de lait UHT de 25 % mais c’est loin de compenser la chute de nos ventes en RHF. Notre excédent de collecte s’élève à 5 % en avril, écoulé sur le marché Spot. » Eurial encourage donc fortement ses adhérents à recourir au plan de réduction volontaire des volumes en avril, proposé par le Cniel et accepté par Bruxelles le 22 avril. Elle a mis en ligne sur le compte extranet de chaque producteur un simulateur de calcul. « Au moins la moitié des adhérents devrait en faire la demande », estime-t-il.

« Cette crise me stresse énormément »

L’autre incitation au ralentissement des livraisons se fait par l’application d’une saisonnalité sur le prix de base, en lien avec son client Savencia qui applique - 20 €/1000 1 en avril et mai et - 10 € en juin. Soit 312 € en Bretagne - Pays de la Loire. « Cette saisonnalité sera redonnée sur les troisième et quatrième trimestres, en fonction de Savencia et des valorisations d’Eurial. Cette crise me stresse énormément, confie-t-il. Nous, producteurs, travaillons beaucoup sur nos exploitations. Nous les avons améliorées, développées. Alors que le prix du lait augmente régulièrement depuis 2017, nous devons de nouveau faire face à une crise. Mon objectif est d’accompagner au maximum les éleveurs. »

Claire Hue
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER