S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

« Il est inadmissible de voir des fakes news sur Lactalis relayées par des responsables syndicaux »

réservé aux abonnés

 -
Ronan Jacques, président de l’OPLB : « À ce jour, rien ne nous laisse penser que les accords-cadres ne seront pas respectés pour le second semestre par Lactalis. » Thierry Pasquet

Dans un courrier adressé à la FNPL, la Confédération paysanne et la Coordination rurale, le président de l’Organisation des producteurs Lactalis Bretagne leurs demande de ne pas céder à la facilité quand, dans leurs rangs, certains évoquent le prix du lait chez Lactalis.

L’Organisation des producteurs Lactalis Bretagne (245 exploitations, 160 Ml de lait) s’inquiète des propos de l’acteur Guillaume Canet qui ont circulé sur les réseaux sociaux et dans la presse, dénigrant le groupe Lactalis. D’après ces derniers, Laval aurait décidé unilatéralement de baisser le prix du lait au second semestre. L’OPLB met en garde sur les conséquences des appels au boycott des produits...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
16%

Vous avez parcouru 16% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

L’Organisation des producteurs Lactalis Bretagne (245 exploitations, 160 Ml de lait) s’inquiète des propos de l’acteur Guillaume Canet qui ont circulé sur les réseaux sociaux et dans la presse, dénigrant le groupe Lactalis. D’après ces derniers, Laval aurait décidé unilatéralement de baisser le prix du lait au second semestre. L’OPLB met en garde sur les conséquences des appels au boycott des produits Lactalis qui accompagnent ces propos. Car « qui dit boycott des produits Lactalis dit boycott des producteurs Lactalis ».

Si Ronan Jacques, président de l’OPLB, s’est fendu la semaine dernière d’un courrier aux trois syndicats FNPL, Confédération paysanne et Coordination rurale, c’est qu’il observe que ce qu’il considère comme des fakes news « sont relayées par des responsables syndicaux. C’est totalement inadmissible, sachant que les accords de prix au sein du groupe Lactalis sont négociés entre les OP et la Direction des Approvisionnements, et résultent d’une formule de prix inscrite dans les accords-cadres qui ont été signés par les différentes OP [NDLR : c’est vrai pour les OP de l’Unell, l’OPLB, et l’AOP FMB, pas pour l’OPLGO]. À ce jour, rien ne nous laisse penser que ces accords-cadres ne seront pas respectés pour le second semestre ».

Lactalis mieux disant au 1er semestre

Il rappelle que « son OP a fait le choix de ne pas mettre en place de saisonnalité, en accord avec le groupe Lactalis, ce qui a permis un prix de base 38/32 payé aux producteurs sur le printemps nettement supérieur à l’environnement » [NDLR : ce qui est logique puisque Savencia et Sodiaal ont appliqué une saisonnalité négative]. Et de rajouter que « ce choix responsable a permis en outre d’apporter sur le 1er semestre 2020 un avantage de trésorerie non négligeable aux producteurs ». Notre observatoire du prix du lait (www.prosdulait.fr) le confirme. Dans l’Ouest, Lactalis est pour l’instant le mieux-disant au premier semestre à 354 € (lait à 42/33 super A) comparé à Savencia (352 €), Eurial (345,14 €) et Sodiaal (344,96 € avec 10 % de lait B mensuel).

« Intervenez pour que cesse ce harcèlement inutile »

Ronan Jacques rappelle dans son courrier que : « Les OP ont été créées dans le but de fluidifier, voire pacifier, les relations entre les producteurs et les industriels laitiers. Qui aurait pu dire en 2016 que nous aurions fait autant de chemin pour améliorer les relations des producteurs avec le groupe Lactalis ? » Et il demande aux syndicats, sauf si certains ont de meilleures solutions « d’intervenir afin que cesse ce harcèlement inutile envers le groupe Lactalis, qui compromet tout le travail effectué depuis maintenant plusieurs années par les OP pour organiser une relation commerciale avec ce groupe ».

Pour finir, il suggère à demi-mot aux syndicats de s’intéresser aux coopératives « dont certaines dérogent aux grilles interprofessionnelles de paiement du lait depuis plusieurs mois. Je vous rappelle aussi que les coopératives ne sont toujours pas en règle par rapport à la loi Egalim puisqu’elles n’ont toujours pas intégré les coûts de production dans leurs formules de prix ».

JMV
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 1 commentaires
SERGE ARNAUD

Mise au point bien venue et nécessaire. Bravo Monsieur Jacques pour votre courage.

En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

En réassort

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER