S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Les éleveurs laitiers appelés à réduire leur production

réservé aux abonnés

 -
L’interprofession laitière, le Cniel, considère que le lissage du pic printanier de la collecte laitière, aiderait les industriels laitiers à passer cette période délicate dans le contexte lié à l’épidémie de coronavirus. © C. Faimali/GFA

Si la chaîne d’approvisionnement n’est pour l’heure pas affectée par l’épidémie de coronavirus, l’interprofession laitière demande un effort aux éleveurs pour lisser le pic de collecte printanier.

Pas de pénurie en vue. « Pour le moment, la collecte des producteurs laitiers et l’approvisionnement des différents circuits de consommation sont garantis », rassure Caroline Le Poultier, directrice de l’interprofession (Cniel), à La France Agricole.
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
10%

Vous avez parcouru 10% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Pas de pénurie en vue. « Pour le moment, la collecte des producteurs laitiers et l’approvisionnement des différents circuits de consommation sont garantis », rassure Caroline Le Poultier, directrice de l’interprofession (Cniel), à La France Agricole.

« Les débouchés sont toujours là »

« La production laitière est continue, donc la transformation doit se poursuivre quoi qu’il arrive pour toute la gamme de nos produits, affirme-t-elle. D’autant que les débouchés sont toujours là. » La grande distribution devrait absorber une partie des volumes affectés à la restauration hors foyer. Quant à l’exportation, « le commerce reprend avec la Chine », note la directrice du Cniel.

Si le quotidien des éleveurs n’est pour l’heure pas perturbé, l’approche du pic de collecte printanier pourrait changer la donne. Les usines tourneront à plein régime… À condition que la main-d’œuvre nécessaire soit sur le pont. C’est dans cet objectif que le Cniel en appelle à la solidarité du gouvernement et de tous les maillons de la chaîne.

« Un défi logistique »

« C’est un défi alimentaire, économique et logistique historique que nous devons relever ensemble, appuie Thierry Roquefeuil, président de l’interprofession, et les présidents des quatre collèges du Cniel dans un courrier daté du 20 mars 2020. Il en va de la survie économique de la filière. »

Dans un communiqué publié le 17 mars 2020, l’interprofession a demandé au gouvernement de placer l’industrie laitière comme secteur prioritaire en cette période de confinement. La mise en place de systèmes de garde d’enfants, une dérogation de circulation ou encore la mise à disposition de masques figurent parmi les mesures attendues pour les salariés mobilisés.

Lisser le pic de collecte

Du côté des éleveurs, « lisser le pic de collecte aiderait les transformateurs à gérer l’afflux de lait en dépit des contraintes que nous connaissons, explique Caroline Le Poultier. Cet appel a déjà été relayé par certains industriels (voir l’encadré). Aucune rupture de collecte n’est à craindre pour le moment mais chacun a son rôle à jouer. »

De son côté, la Coordination rurale craint une « surtransformation » en ingrédients secs pouvant peser sur les marchés. D’après les données de la Commission européenne, la cotation de la poudre maigre a reculé de 20 € la tonne depuis le début de février. « Il faudra veiller à ce que certains industriels n’en profitent pas pour créer un semblant de pénurie et faire monter le prix à la consommation à leur unique bénéfice », note Véronique Le Floc’h, la secrétaire générale du syndicat.

Avec l’European Milk Board (EMB), la Coordination rurale plaide pour une régulation des volumes à l’échelle européenne. « Le programme de responsabilisation face au marché (PRM) que nous proposons permet de réduire les livraisons en cas de crise, avant que ces dernières ne viennent encombrer les marchés et peser sur les prix, explique Véronique Le Floc’h. Ce type de mesure a déjà fait ses preuves en 2016. »

Le PRM affiche l’objectif de réguler l’offre laitière européenne en se basant sur les fluctuations d’un indice de marché lié à la couverture des coûts de production des éleveurs. « Si cet indice chute, augmenter sa production, voire la maintenir, pourrait être pénalisé. »

De son côté, France OP lait, fédération des organisations de producteurs (OP), rappelle que « tout aménagement des relations commerciales qui s’avérerait nécessaire […] devra être, au préalable, négocié avec l’OP ou l’association d’OP », dans un communiqué publié le 23 mars 2020. Dans sa ligne de mire de l’organisation, « les stratégies court-termistes » et « l’opportunisme » de certains opérateurs.

Quoi qu’il en soit, si les mesures de confinement venaient à se durcir et que la circulation des camions de collecte ou le travail des ouvriers étaient perturbés, « l’interprofession se mettra en ordre de bataille pour obtenir une juste compensation auprès des éleveurs », assure la directrice du Cniel.

A. Courty
Sodiaal réaménage sa grille de saisonnalité

Si les stratégies proposées varient, l’ensemble des acteurs de la filière laitière semble s’accorder sur un point : lisser le pic de collecte permettra de réduire l’impact de l’épidémie de coronavirus Covid-19.

De son côté, Sodiaal a annoncé le 20 mars 2020 une prime de saisonnalité nationale négative de 20 €/1 000 litres sur avril et mai, redistribuée cet été. La fermeture du segment de la restauration hors foyer, les complications logistiques à l’exportation, le repli du cours des ingrédients secs et la fin de l’afflux des consommateurs dans les grandes surfaces inquiètent la coopérative.

Damien Lacombe, le président de Sodiaal, estime que la « zone de flou économique » actuelle et à venir demande « l’activation de la mesure de réduction volontaire des livraisons et le déclenchement rapide des mesures de stockage privé. » Cette intervention sur la courbe de saisonnalité vise à valoriser le lait d’été afin de « lisser la production ».

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER