S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

La filière laitière garde le cap

réservé aux abonnés

 -
© C. Faimali/GFA

L’interprofession laitière (Cniel) a dressé l’état des lieux des démarches engagées par le secteur laitier français dans le cadre du changement climatique ce mardi 20 novembre 2018 à Paris.

Résilience, atténuation et adaptation : tels sont les grands principes qui pèsent dans l’orientation des stratégies de la filière laitière au vu du contexte climatique tel que nous le connaissons. Pour rappel, l’accord de Paris conclu à l’issue de la Cop 21 en décembre 2015 à Paris prévoit de limiter l’augmentation de la température à 1,5 degré d’ici à la...
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
15%

Vous avez parcouru 15% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

Résilience, atténuation et adaptation : tels sont les grands principes qui pèsent dans l’orientation des stratégies de la filière laitière au vu du contexte climatique tel que nous le connaissons. Pour rappel, l’accord de Paris conclu à l’issue de la Cop 21 en décembre 2015 à Paris prévoit de limiter l’augmentation de la température à 1,5 degré d’ici à la fin du siècle. L’élevage, actuellement responsable de près de 15 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) à l’échelle mondiale dont près de 3 % pour l’élevage laitier, a un rôle important à jouer dans cette transition écologique. En France, l’élevage laitier représente 6,4 % des émissions de GES. Même si la part du secteur agricole dans ces émissions est à la baisse depuis plus de 20 ans, les efforts se poursuivent.

Responsabilité sociétale

« La performance environnementale est un pilier d’engagement de la filière » : C’est ainsi que Caroline Le Poultier, directrice générale du Cniel, a lancé le symposium portant sur la filière laitière européenne face aux défis climatiques ce 20 novembre 2018. « France, terre de lait », plan de filière présenté à l’issue des États-généraux de l’alimentation, constitue le fil rouge suivi par l’ensemble des acteurs de la filière depuis presque un an. Ce programme, qui s’inscrit dans une démarche de responsabilité sociétale, met en avant la valeur du patrimoine laitier français et vise notamment à plus de compétitivité mais pas à n’importe quel prix. La performance environnementale fait partie intégrante de « la colonne vertébrale de la filière », insiste Caroline Le Poultier.

Déploiement d’outils chez les éleveurs

L’objectif de réduire de 20 % les émissions de GES dans les exploitations laitières d’ici à la fin du siècle est supporté par plusieurs outils à destination des éleveurs. L’outil de diagnostic environnemental CAP’2ER a été créé par l’Institut de l’élevage des suites du lancement du programme européen « Ferme laitière bas carbone » porté par le Cniel en France.

Il permet d’identifier les pistes d’amélioration principales concernant les émissions de GES ainsi que les leviers d’action disponibles pour atténuer l’empreinte environnementale de l’exploitation (énergies renouvelables, optimisation du pâturage, assolement…). Aujourd’hui, 8 400 fermes laitières ont déjà effectué le diagnostic et l’objectif est de 100 % d’ici à 2025 !

« Ces programmes d’animation avancent ensemble. Ils fédèrent, questionnent, challengent, et font progresser toute la filière »Marie-Thérèse Bonneau, éleveuse en Vendée et vice-présidente de la FNPL

Le programme « Climalait » sorti dans le sillage de « France, terre de lait » dispense quant à lui une réflexion autour de l’adaptation des exploitations au changement climatique d’ici à 2050, dans un premier temps. Lancé à l’initiative de l’interprofession, son principe est le suivant :

  • Une évaluation des évolutions du climat sur plus de 25 zones laitières de l’hexagone ;
  • La simulation des conséquences de ces scénarios sur les cultures et prairies notamment pour aboutir à une synthèse par zone.

C’est à partir de ces projections que des sessions de réflexion entre éleveurs et conseillers ont lieu autour d’un « Rami fourrager » afin de déterminer les voies d’évolution, les leviers principaux ainsi que les atouts et contraintes associées aux différentes stratégies d’adaptation.

A. Co.
Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER