S'abonner
Vous êtes abonné

Première visite ?

Inscrivez-vous
Imprimer Envoyer par mail Commenter

Un compromis qui met fin à dix ans de conflit

réservé aux abonnés

 - -->
© Cédric FAIMALI
C’en est fini du litige qui opposait l’appellation d’origine camembert de Normandie et les opérateurs du camembert « fabriqué en Normandie ». La première accusait les seconds d’usurper le mot « Normandie  ».
Contenu réservé aux abonnés de L'éleveur laitier
pour vous connecter et poursuivre la lecture
19%

Vous avez parcouru 19% de l'article

Poursuivez la lecture de cet article
en profitant de 2 mois de découverte à L’éleveur laitier
(Offre sans engagement, réservée aux personnes non abonnées)
  • > Accédez à tous les articles
  • > Recevez la newsletter
  • > Recevez 2 numéros chez vous
J'en profite !

C’en est fini du litige qui opposait l’appellation d’origine camembert de Normandie et les opérateurs du camembert « fabriqué en Normandie ». La première accusait les seconds d’usurper le mot « Normandie  ».

Deux niveaux

Le 21 février, sous l’égide de l’Inao, les deux parties ont fait un deal : en échange de la fin de la mention «  fabriqué en  », ce camembert sera intégré dans l’AOP par la création de deux sections.

Une section pour l’AOP actuelle qui maintient, bien sûr, le lait cru et s’engage à renforcer son cahier des charges sur l’herbe, la race normande (deux vaches sur trois dans le troupeau contre une sur deux actuellement) et la biodiversité (haies).

Une section qui met fin au « fabriqué en » : pour les producteurs, au moins 30 % de vaches normandes dans les troupeaux et 25 ares de pâturage accessible par vache avec un minimum pâturé à définir ; pour les fro­magers, standardisation encadrée de la matière protéique du lait et transformation d’un lait cru, thermisé, ou… pasteurisé.

Les deux ont en commun le non-OGM et l’extension de l’AOP au territoire normand. « L’indication géographique protégée convenait davantage aux industriels car il n’y a pas l’obligation d’un cahier des charges à la fois sur la production et la transformation », analyse Patrick Mercier, président de l’ODG camembert. Seulement, il fallait qu’ils renoncent à la mention « Normandie  ».

« Ce n’était pas envisageable », répond Bruno Lefèvre, le représentant des « fabriqué en ».

Cet accord est le début du processus de révision. L’AOP va suivre la procédure habituelle qui dure deux à trois ans. Il ne fait pas que des heureux. L’entrée du pasteurisé fait hurler les défenseurs du lait cru. Les producteurs ­laitiers « historiques », eux, craignent d’être phagocytés par le niveau 2 de la future version.

À bien y regarder, l’accord repose sur les mêmes fondements que celui sur la normande il y a quinze ans (au moins 50 % de vaches).

L’espoir de 900 Ml mieux payés

Plutôt qu’exclure, l’accord veut rassembler et tirer tout le monde vers le haut. Cette stratégie a fait ses preuves, pourquoi pas encore cette fois-ci, à condition d’un étiquetage qui différencie clairement les deux types de camembert. L’évolution pour l’AOP actuelle de la mention « camembert de Normandie » vers la mention « véritable camembert de Normandie » veut répondre à cet objectif.

Faisons aussi le pari que les livreurs du « fabriqué » verront leur lait mieux payé. Ils pourront bénéficier du long travail de leurs collègues AOP sur ce sujet. Le dernier accord date du 5 février (lire p. 18).

Claire Hue

    Camembert AOP :

    5 700 t

    + 14 % en deux ans

    110 Ml collectés

    500 producteurs

    Camembert fabriqué en Normandie :

    60 000 t

    900 Ml collectés par Lactalis, Savencia, Sodiaal et Gillot dont 500 Ml transformés

    2 000 livreurs

Imprimer Envoyer par mail Commenter
Commenter cet article 0 commentaires
Cet article est paru dans L'Éleveur Laitier
En direct
Afficher toutes les actualités

Dans la même rubrique

Sélectionné pour vous

Sélection bovine des taureaux et des hommes

45€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Le vêlage : Complications du vêlage, maladies des nouveaux-nés et colostrum

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER

Maladies parasitaires du mouton 4ème edition

29€

Disponible

AJOUTER AU PANIER